Archives de catégorie : Le centenaire de la Grande Guerre

Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) : annonce de colloque

Nous avons reçu cette annonce de colloque sur la Grande Guerre que nous relayons sur notre site :

Capture d’écran 2015-09-28 à 10.30.27

Pratiques et imaginaires de paix

dans la guerre (1914-1918)

 

La Flèche (Sarthe), salle Coppélia

14-15-16 octobre 2015

« Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) » : c’est le thème d’un colloque universitaire international labellisé par la Mission du Centenaire qui aura lieu les 14-15-16 octobre à La Flèche (salle Coppélia).

Ce colloque vise à éclairer les moments de paix, encore peu étudiés, dans le quotidien des combattants sur le front occidental (permissions, théâtre, sport, etc.). Il s’agira également d’étudier la manière dont certains combattants revendiquent une « paix immédiate » ou « à tout prix » ou imaginent la paix future afin « d’empêcher à tout jamais que pareil carnage puisse se reproduire » (Le Poilu, 10 mars 1915). La pensée et l’attitude des milieux pacifistes en temps de guerre seront également discutées, ainsi que les tentatives infructueuses de paix négociée en 1917. « Paix par la victoire », « paix de compromis » ou « paix blanche », la paix constitue en effet le principal horizon d’attente des sociétés en guerre. Le présent colloque vise donc à interroger la fonction et la place de l’imaginaire et des pratiques de la paix en temps de guerre, ce qui subsiste du temps de paix, nourrit l’espoir ou la conflictualité.

Il sera ouvert au grand public et notamment aux élèves de plusieurs classes de Première qui présenteront leurs travaux réalisés sur le thème du colloque (entrée gratuite).

C’est la 2e fois qu’une rencontre scientifique et pédagogique est organisée par les mêmes institutions (Université du Maine, Municipalité de La Flèche, Prytanée, Lycée d’Estournelles, etc). Un premier colloque avait été organisé en 2009 pour le centenaire du Prix Nobel de la Paix attribué à Paul d’Estournelles de Constant, député puis sénateur de la Sarthe. Les conclusions ont été publiées cette année : Paul d’Estournelles de Constant (1878-1924). Concilier les nations pour éviter la guerre, Presses universitaires de Rennes.

Programme téléchargeable ici

 

 

Exposition : Face à Face – Regards sur la dé(re)figuration, Historial de la Grande Guerre

Jusqu’au 11 novembre 2015, venez découvrir à l’Historial de la Grande Guerre l’exposition « Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration ».

Affiche ExpoÀ partir de l’histoire des « Gueules Cassées », ces combattants défigurés de la Première Guerre mondiale, « Face à Face » permettra d’évoquer l’évolution de la pensée et des pratiques médicales grâce aux documents et objets choisis dans les collections de quelques illustres chirurgiens de la Grande Guerre à aujourd’hui. Ces moulages, instruments médicaux, photographies, témoignages écrits et filmés, seront mis en perspective avec les moyens techniques actuels.

Pour cette exposition temporaire exceptionnelle, l’Historial de la Grande Guerre donne carte

blanche au Professeur Bernard Devauchelle. Président de l’Institut Faire Faces, Chef de service Chirurgie Maxillo-Faciale au CHU d’Amiens, le Professeur Devauchelle assure le Commissariat de cette exposition.

Une mise en regard historique

Affiche exposition
Bouchon de radiateur d’automobile

 

« L’impensable défiguration, que la malformation, le traumatisme ou la tumeur créent, est génératrice d’exclusion. Regarder et toucher la chirurgie reconstructrice qui en est issue, ses intuitions, ses évolutions, son ingéniosité mais aussi ses limites, son audace et son impuissance. L’exposition vous invite à franchir « the thin red line », cette ligne qui sépare la vie de la mort.» Professeur Bernard Devauchelle.

 

Défigurés, de la Grande Guerre à nos jours

Photographies et vidéos retracent le parcours des « Gueules Cassées », combattants défigurés, du champ de bataille aux opérations de reconstruction faciale. L’exposition interroge le visiteur sur l’existence du défiguré et comment la société, de la Grande Guerre à aujourd’hui, génère l’exclusion de ces personnes, déjà si profondément blessées par les traumatismes physiques et psychiques liés à leur défiguration.

 

L’évolution de la pensée médicale

La naissance de la chirurgie maxillo-faciale a véritablement lieu pendant la Grande Guerre, grâce aux premiers hommes de science qui s’y sont illustrés.

« Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration » vous invite à découvrir les oeuvres de piliers de cette chirurgie reconstructrice : Harold Gillies, Hyppolite Morestin, Maurice Virenque, Alexis Carrel, Albéric Pont, Robert Wlerick ou Paul Tessier, précurseurs de la reconstruction faciale.

Le parcours en dix étapes est ponctué par dix poèmes, des haïkus écrits par des combattants de la Grande Guerre.

Un parcours de visite avec deux niveaux de lecture

La première sans être chronologique évoque au travers de collections de moulages, photographies, portraits, dessins, texte, illustrations et films de chirurgiens, les pratiques imaginées et développées pendant la Grande Guerre pour re-figurer les blessés de la face (appareillage, masque, épithèse…).

La seconde sera consacrée aux techniques actuelles d’analyse et d’exploration du visage : photographies 2D et 3D, modèles anatomiques tridimensionnels, modélisation et capture des mouvements…

La part technique (épithésistes, prothésistes…) et artistique (E. Daynes) de la reconstitution artificielle de toute ou partie du visage sera exposée physiquement mais aussi par des vidéos et des explications. La dernière station sera consacrée aux techniques chirurgicales actuelles, aboutissement de l’ensemble des pratiques développées depuis un siècle.

Commissariat d’exposition

Professeur Bernard DEVAUCHELLE, Chef du Service de Chirurgie Maxillo-Faciale du CHU d’Amiens et fondateur de l’Institut Faire Faces, il est le pionnier des greffes de la face en ayant réalisé la première en novembre 2005. Responsable et porteur du projet européen, il guide les choix et les enjeux de l’exposition en lien avec l’Historial.

Assisté du Professeur Sylvie TESTELIN, Chirurgien maxillo-facial et Professeur à l’Université Picardie Jules Verne.

Équipe de production

Hervé FRANÇOIS, Directeur de l’Historial de la Grande Guerre

Marie-Pascale PRÉVOST-BAULT, Conservateur en chef

Claire STEWART, Attachée culturelle

Christine CAZÉ, Documentaliste

Amandine GOURGUECHON, Chargée de communication et médias

Scénographie et fabrication

Agence KASCEN, Bruxelles (www.ka-scenographes.com)

 

Une expédition coloniale? L’expérience des soldats français aux Dardanelles

A l’occasion du centième anniversaire de la campagne des Dardanelles le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

est heureux de vous inviter à

la conférence de John HORNE :

                                           Une expédition coloniale ?

L’expérience des soldats français aux Dardanelles

Assiette allemande : Dardanelles 18 mars 1915, coll. Historial de la Grande Guerre, photo Yazid Medmoun
Assiette allemande : Dardanelles 18 mars 1915, coll. Historial de la Grande Guerre, photo Yazid Medmoun

Samedi 6 juin 2015, 17H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Les Dardanelles, une expédition coloniale ? Sans doute par sa conception, le but étant de forcer les détroits pour arriver à Constantinople, d’abord par une campagne navale et ensuite par une expédition militaire. Sans doute aussi par sa composition, les corps expéditionnaires français comme britanniques ayant un pourcentage de troupes coloniales au-dessus de la moyenne. En revanche, pas du tout une expédition coloniale du point de vue de l’ennemi turque, encadré par des officiers allemands, qui défend avec acharnement sa patrie envahie, ni de celui du champ de bataille qui reproduit les conditions de guerre industrialisée qui caractérisent tous les fronts européens. D’où une expérience à la fois différente de celle des soldats français sur le front en France et similaire à celle-ci.

John Horne est Professeur d’Histoire européenne moderne et contemporaine à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de la Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il fait partie de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire de Première Guerre mondiale et sur celle de la France au XXe siècle, dont 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2001 ; trad. française, 2005); (dir.) A Companion to World War One (2010) ; (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; et (avec Robert Gerwarth), War in Peace. Paramilitary Violence in Europe after the First World War (2012).

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

La lyre et les armes : poètes en guerre (Péguy, Stadler, Owen). Colloque international à Strasbourg

Capture d’écran 2015-01-23 à 14.34.25

La lyre et les armes : poètes en guerre

(Péguy, Stadler, Owen)

Colloque international

29-31 janvier 2015

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)

(Auditorium)

organisé par la BNU et la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg,

avec le soutien du Consulat général de Russie

Programme

            Jeudi 29 janvier (à partir de 12.00) : Première journée

 

12.00 – 13.30 : Déjeuner (Buffet, BNU)

  • 13.30 – 14.00 :                      Ouverture du colloque par :

 

Albert Poirot, Administrateur de la BNU

Michel Deneken, 1er Vice – président de l’Université  de Strasbourg

Béatrice Guion, Directrice de l’Equipe d’Accueil « Configurations Littéraires »

  • 14.00 – 15.00 :                       Des poètes et la guerre : table ronde

Animée par  Jean-Yves Masson (poète et traducteur, professeur à l’Université Paris 4)

 

Avec la participation de : Salah Stétié, poète et diplomate libanais ; Stephen Romer, poète et traducteur anglais ; Michèle Finck, poète et traductrice française ; Olga Sedakova, poète et traductrice russe

 

Pause – café

 

  • 15.00  – 17.30 :                     Poésie et guerre : regards croisés

Présidé par Jean-Noël Grandhomme  (Université de Metz)

 

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) : « Au front : littérature et poésie combattante de la Grande Guerre »

Olivier Henri Bonnerot (Université de Strasbourg) : « Ceux qui tiraient dans les étoiles… »

Jean-Pierre Rioux (Historien, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale) : « Eté 14 : Péguy en pantalon rouge »

 

Pause – café

 

v  à partir de 18.00 : visite guidée de l’exposition 1914, la mort des poètes à la Bibliothèque Nationale de Strasbourg, en compagnie de ses commissaires Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff

 

v  à 20.00 : soirée poétique « La bataille de partout » : les poètes face à la violence de l’Histoire  (salle Pasteur, Palais Universitaire) >> Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

21. 30 : Diner au restaurant La Victoire (24 Quai des Pêcheurs)

 

 

 

            Vendredi 30 janvier : Deuxième journée

 

  • 10.00 – 12.30 :                      Poètes en dialogue : Péguy, Stadler, Owen

Présidé par Xavier Hanotte (Ecrivain et traducteur)

 

Maryse Staiber (Université de Strasbourg) : « De Péguy à Stadler : un cas de transfert culturel dans l’Europe d’avant-guerre »

Jennifer Kilgore-Caradec (Université de Caen) : « Blessures profondes dans l’œuvre de Péguy, Stadler et Owen »

 

Pause – café

 

Charles Fichter (germaniste, professeur agrégé) : « Stadler, Péguy et la guerre »

 

12.30 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00 – 18.00 :                       Dialogue entre les arts et la  guerre

Présidé par frère Remy Vallejo (Centre Emmanuel Mounier)

 

Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier) : « Les poètes et la Grande Guerre dans les revues expressionnistes allemandes Der Sturm, Die Aktion et Die Weißen Blätter »

Sophie Aymes-Stokes (Université de Bourgogne) et Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : « Entre traces et mémoire: illustrer la poésie de la Grande Guerre »

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : « Mystère et guerre. Charles Péguy et Richard Brunck de Freundeck »

 

Pause – café

 

Gilles Couderc (Université de Caen) : « Wilfred Owen, poète de guerre : la construction du mythe dans les arts »

Frank Knoery (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) : « La blessure et la chute. Une iconographie du héros de guerre dans les arts graphiques, autour du premier conflit mondial »

 

v  à 19.30 : soirée poétique au consulat de Russie à Strasbourg : lecture par Olga Sedakova de ses poèmes (en russe et en français)

>> Inscription obligatoire auprès de : vanessa.brosius@gmail.com ou 06 61 82 40 48

 

 

Samedi 31 janvier : Troisième journée

  • 9.00 – 13.00 :                        Mort(s) symbolique(s) : postérités des poètes

Présidé par Jérôme Roger (Université de Bordeaux)

 

Anne Mounic (Université Paris 3) : « Poètes de la Grande Guerre : le germe d’une pensée du singulier »

Yann Tholoniat (Université de Lorraine) : « Du corps poétique au corps politique dans les poèmes anglais de la Grande Guerre (Brooke, Sassoon, Owen) »

Claire Daudin (Association L’Amitié Charles Péguy) : « La mise en récit de la mort de Péguy (Barrès, Bernanos, Geoffrey Hill) »

 

Pause – café

 

Géraldi Leroy (Professeur émérite de l’Université d’Orléans) : « Péguy, ‘définition exacte’ du patriotisme »

Tatiana Taimanova (Université de Saint Pétersbourg). « Péguy sur la toile russe en 2014 »

 

13.00 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00-16.00 :             Postérités et traductions : table ronde

Animée par Maryse Staiber (Université de Strasbourg) et Anne Mounic (Université Paris 3)

 

Avec la participation de : Xavier Hanotte (écrivain et traducteur d’Owen en français), Philippe Abry (traducteur de Stadler), Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier),  Elizaveta Legenkova et Liudmila Chvedova (traductrices de Péguy en russe), Daniel Aranjo (Université de Toulon).

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Colloque – La pensée politique de Georges Clemenceau- 21 et 22 novembre

Clemenceau

Sous le haut patronage de Monsieur François Hollande
Président de la République
A l’occasion du 85e anniversaire
de la mort de Georges Clemenceau
et du Centenaire de la Première Guerre Mondiale

Vendredi 21 et Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau

La Société des Amis de Georges Clemenceau vous prie d’assister au colloque international

La Pensée Politique
de Georges Clemenceau

Vendredi 21 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-12 h 45 14 h 30-18 h 00

Présentation : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
I. Clemenceau et la République 10 h 00 – 12 h 45
Président : Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et l’idée de République
Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et le Parlement
Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau Girondin ?
Samuel Tomei (IEP Paris)
Questions
11 h15 – 11 h 30 :  Pause
– Clemenceau, la question sociale et le socialisme
Michel Winock (IEP Paris)
– Clemenceau face à l’impérialisme et au colonialisme
Michel Drouin (CNRS)
– Clemenceau et Jules Ferry
Mona Ozouf (CNRS et EHESS)
Questions
12 h45 – 14 h 30 : Pause
II. Clemenceau et l’oeil du public 14 h 30 – 18 h 00
Président : Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau calomnié, la légende noire de Clemenceau
Pierre Assouline (Ecrivain, membre de l’Académie Goncourt)
– Clemenceau, sujet de caricatures et de réclames
Bertrand Tillier (Université de Bourgogne)
– Clemenceau vu par les Anglais
David Watson (Université d’Edimbourgh)
Questions
15 h45 – 16 h 00 : Pause
Table ronde animée par Jean-Loup Reverier
réunissant Madame Roselyne Bachelot-Narquin
et Messieurs Hervé Gaymard, Pierre Joxe, Manuel Valls
Projection du film inédit « Clemenceau »
Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-13 h 00
III. La Pensée de Clemenceau en action 09 h 30 – 13 h 00
Présidente : Sylvie Brodziak
(Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et la guerre, concept et circonstances
Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et le Radicalisme
Serge Berstein (IEP Paris)
Questions
10h25-10h40 : Pause
– Clemenceau et les relations internationales
Yves Saint-Geours (Ambassadeur)
– Clemenceau vu par les Allemands
Gerd Krumeich (Université Düsseldorf)
– Clemenceau et le Levant
Gérard D. Khoury (Historien, chercheur associé à l’Iremam Aix)
– Clemenceau et les pensées politiques en Asie
Matthieu Séguéla (Docteur en histoire, chercheur associé à l’Umifre)
Questions
Conclusions : Jean-Pierre Chevènement (Ancien Ministre)
Remerciements : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
Imp. COMPO-OFFSET – 78700 CONFLANS – Tél. 01 39 72 61 76
Pour se rendre au Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
75006 Paris
Métro : Odéon, Mabillon
RER : Luxembourg
Parcs de stationnement : Place Saint-Sulpice, Marché Saint-Germain
Autobus : 58, 84 ou 89
Avec le concours du Ministère de la Défense, de la Ville de Paris,
de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale
et du Château de Parnay.
Renseignements
Sylvie Brodziak : sylvie.brodziak@gmail.com
Samuel Tomeï : samuel.tomei@orange.fr
Une pièce d’identité étant exigée à l’entrée,
l’on est prié de se présenter dès 9 heures

Exposition franco-allemande « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum »

Pour ceux de nos lecteurs, nombreux, qui seront au cours de ce weekend à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, nous vous conseillons une pépite à ne pas rater : une exposition franco-allemande originale et novatrice, préparée par des étudiants des universités de Freiburg, Berlin, Paris I et Nanterre et portant sur la côte 108.

Historial 2Intitulée « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum », elle sera présentée les vendredi 10 et samedi 11 octobre à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (9 Rue de la Chocolaterie, pas loin de la gare), dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

Les étudiants concepteurs se feront un plaisir de vous accueillir  lors d’une des visites guidées (vendredi 10 octobre 11h30 et 14h ; samedi 11 octobre 10h et 14h). Ils vous invitent également à la présentation débat le samedi de 12h à 13h.

Voici la présentation succincte du projet par son responsable scientifique, Fabien Théofilakis :

La côte 108 à Berry-au-Bac :
Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

Historial 3
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous conduisons un projet autour de la cote 108, ligne d’affrontement entre Français et Allemands à partir de septembre 1914. A la jointure entre la Marne et l’Aisne, à l’extrémité du Chemin des Dames, la zone a traversé le conflit et sa mémoire : le village, Berry-au-Bac, complètement détruit, a été classé en 1937 comme monument historique. Or, cette zone d’affrontement est restée fermée au public jusqu’à nos jours.
Le projet a deux objectifs : mettre en valeur ce site historique et à l’insérer dans une contextualisation large. Trois axes ont été retenus :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne

Historial 1Pour y parvenir, le projet qui doit durer cinq ans (2014-2018) a été conçu selon des thématiques « emboîtées » :
1) 1ère année (2014) : l’expérience combattante centrée sur les soldats, allemands et français de la côte 108, et leurs relations interpersonnelles avec leurs proches.
2) 2ème année (2015) : élargissant l’étude à l’échelle régionale, le second axe considère la côte 108 dans la perspective des états-majors français et allemands et s’intéresse aux stratégies comme aux tactiques mises en œuvre sur les champs de bataille.
3) 3ème année (2016) : l’intervention de l’Etat intervient pour entretenir ou accroître la mobilisation culturelle des sociétés en guerre en France et en Allemagne.
4) 4ème année (2017) : la guerre s’achève sur les champs de bataille en novembre 1918, mais quand s’achève-t-elle pour les combattants ? pour leurs proches ? L’examen de la sortie de la guerre fournira le thème de cette quatrième thématique.
5) 5ème année (2018) : la dernière année sera consacrée au thème du souvenir des commémorations de l’immédiat après-guerre jusqu’à l’époque contemporaine.

2014-08-02 15.02.39De jeunes historiens français et allemands au cœur du projet
Nous avons voulu fonder cette dynamique de recherche et de sensibilisation sur une forte implication de la dimension franco-allemande en confiant à des étudiants en Master, français et allemands, l’activité de recherche dans les archives et son exploitation pour une durée de deux fois deux ans (2014-2015, 2016-2017) et d’un an en 2018. Cela permet de leur apprendre le « métier d’historien » en les impliquant dans une aventure humaine et historienne européenne et de lier des contacts étroits avec des étudiants qui aiment l’histoire ou/et veulent en faire leur métier.

La participation au projet, fondée sur le volontariat motivé par un intérêt pour la thématique, pour le travail collectif, voire le pays partenaire, consiste à prend part aux séjours organisés, à réaliser des recherches en archives sur la thématique annuelle et à réaliser en commun une exposition thématique annuelle.

Réalisations (2014)
La première année qui s’est achevée avec une journée de manifestations le 2 août 2014 à Berry-au-Bac autour de l’inauguration de treize panneaux d’exposition conçus et rédigés à quatre mains dans une perspective binationale.
L’exposition sera présentée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois les 10 et 11 octobres 2014 à l’Ecole nationale supérieure du paysage et de la nature (visites guidées le vendredi 10 à 11h30 et 14h ; le samedi à 10h et 14h ; présentation débat le samedi 11 de 12h à 13h). Elle circulera dans l’Aisne, partira ensuite à Fribourg en novembre et sera accueillie en janvier-février à la BDIC (Nanterre).

Un site internet a été créé qui contient, outre une présentation détaillée du projet, les comptes rendus des différents séminaires et le portrait des différents participants.
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

Deux blogs, en France et en Allemagne, continuent le travail croisé sur le projet :
http://cote108.hypotheses.org/
http://hoehe108.hypotheses.org/

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur :
Facebook : cote108
Twitter : @cte108