Archives de catégorie : Evenements

« Eglises, clergés et croyants en Picardie en 1918 » samedi 10 Février, 15H, Historial

INVITATION 

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Xavier BONIFACE

(Université de Picardie Jules Verne)

« Églises, clergé et croyants en Picardie et Haute-Somme en 1918 »

Péronne 1918 – Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Y. Medmoun

Samedi 10 Février 2018, 15h00

Historial de la Grande Guerre, Péronne

            Une décennie après la séparation des Églises et de l’État (1905), l’Union sacrée rassemble tous les courants philosophiques, politiques et spirituels dans la lutte contre l’Allemagne. C’est l’un des aspects de l’implication des Églises – en tant que communautés de croyants et institutions – dans la Grande Guerre. En Picardie, et plus précisément en Haute-Somme, dans le Vermandois et dans le Santerre, elles regroupent en majorité des catholiques, au moins de tradition. Les protestants sont quelques milliers, surtout des calvinistes et, dans l’Aisne, des baptistes. Les juifs sont quelques centaines. La guerre est aussi un temps où se côtoient des religions très diverses, notamment avec le passage de soldats coloniaux, britanniques et allemands dans la région.

Églises, clergé et croyants de et en Haute-Somme, Vermandois et Santerre participent à l’effort de guerre par leurs œuvres, leurs prières et leurs engagements. Ils subissent aussi les effets du conflit, avec la destruction de nombreuses églises le long de la ligne de front et l’occupation, qui reprend ponctuellement lors des offensives allemandes de 1918. C’est un bilan de leur place et de leur rôle à la fin de la guerre qui sera ainsi dressé.

Agrégé d’histoire, Xavier Boniface est professeur à l’Université Picardie Jules Verne. Il est responsable du master Phénomène guerrier. Il a notamment publié en 2014 :  Histoire religieuse de la Grande Guerre Fayard.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée. Historial de la Grande Guerre 80200 Péronne

Renseignement/inscription : c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

École d’été – Une histoire environnementale de la Grande Guerre, France et Belgique, 2-7 juillet 2018

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avec l’EHESS (Paris), l’université d’Heidelberg, le Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens), sollicite des candidatures pour sa troisième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Aquarelle de Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

Nous comptons réunir du 2 au 7 juillet 2018 un groupe international de 20 à 30 jeunes chercheurs, travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites guidées et des excursions en France et en Belgique font partie intégrante du programme et enrichissent l’expérience des participants.

Après les éditions 2014 et 2016 de notre école d’été qui ont respectivement porté sur les initiations dans les expériences contemporaines de la guerre ( http://1418.hypotheses.org/547) et sur « l’anatomie » de la bataille et du champ de bataille http://1418.hypotheses.org/1059), nous nous tournons pour 2018 vers une autre question: celle de l’histoire environnementale de la Première Guerre mondiale.

Ici, l’histoire environnementale de la Grande Guerre doit se comprendre selon une acception large. Il s’agira bien entendu de réfléchir aux conséquences environnementales de la guerre : destructions des villes, des villages, des sols, pollutions diverses et leurs pendants : reconstruction et reconstitution (à l’échelle des politiques publiques mais également des territoires), déminage des champs de bataille, exhumation et ré-inhumation des morts, politiques de mise en mémoire et en sens des territoires et des ruines de guerre (et notamment des champs de batailles). Ceci implique bien évidemment de prendre en compte la longue durée de la Grande Guerre puisque les traces environnementales de celle-ci sont sensibles jusqu’à aujourd’hui. Les conséquences environnementales de la guerre ne se résument en outre pas aux zones du front. L’exploitation économique des hinterlands même très éloignées des épicentres guerriers y a toute leur place dans la mesure où elle se traduit par des modifications parfois profondes et durables des écosystèmes. Par exemple, quelle traduction le processus de totalisation a-t-il en termes d’exploitation du pétrole, des ressources minières, forestières, agricoles… ? Ainsi les stigmates de la famine de 1915-1916 au Mont Liban sont visibles jusqu’à aujourd’hui dans les paysages. L’histoire des villes sera également mise à contribution dans la mesure où la guerre a aussi parfois beaucoup influé sur leur évolution urbaine comme c’est par exemple le cas à Thessalonique en raison de la présence massive des troupes alliées mais aussi d’un grand incendie en 1917.

Carte postale, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Mais cette conception de l’histoire environnementale fondée sur les conséquences de la guerre ne résume pas à elle seule les rapports des hommes à leur environnement.  Les conditions et contraintes que l’environnement fait peser sur le fait guerrier sont au cœur de nombreuses recherches actuelles qui interrogent, à l’instar de ce qui se fait également pour les temporalités en guerre, les rapports des acteurs sociaux à l’espace et à l’environnement. Ceci implique dès lors de faire jouer les échelles d’analyse. Peuvent alors être évoqués, par exemple, les rapports entretenus par les combattants avec leur environnement de combat en fonction de critères tant météorologiques que géographiques. Les journaux et les correspondances regorgent en effet de références aux lieux, aux espaces vécus, au temps qu’il fait. Les dessins, photographies représentent en grand nombre les « paysages de guerre ».

Ceci permettra notamment d’aborder en retour non seulement les effets de la guerre sur les environnements mais aussi bien ceux des environnements sur la guerre et ceux qui la font à travers une réflexion sur les différents théâtres d’opérations (montagnes, mers, déserts chaud et froids…) ; ceci permettra alors peut-être aussi d’entreprendre une autre histoire mondiale de la guerre mondiale en fonctions des latitudes, des longitudes, des altitudes, bref d’envisager la possibilité d’une géohistoire de la Grande Guerre qui s’intéresse autant aux conditions, qu’aux conséquences environnementales de celle-ci

Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux en France et en Belgique (Somme, Ypres…), avec des spécialistes, des praticiens et des experts en archéologie du champ de bataille (Dominik Dendooven – In Flanders Fields Museum, Ypres). Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont les membres du comité directeur du CIRHGG ) et spécialisés en histoire environnementale complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur ( Laurence  Van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Les étudiants retenus auront également l’occasion de présenter leurs propres travaux en les replaçant dans la perspective choisie par l’école d’été.

Conditions

Les étudiants en master 2 et les doctorants peuvent postuler à l’école d’été. Les thématiques de recherche en lien direct avec la thématique de l’école ou montrant en quoi ces recherches peuvent s’y raccrocher seront privilégiées mais tous les masterants ou doctorants travaillant sur la Grande Guerre et ses conséquences peuvent postuler.

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le français. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du français est toutefois exigée.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes ; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous espérons également pouvoir participer aux frais de transport des participants vers / de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses. Nous encourageons vivement les candidats à tenter de s’assurer d’un financement partiel ou total de ces frais de transport auprès de leur université d’origine.

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2018 à l’adresse https://environment1418.sciencesconf.org/:

Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Mon inscription »

2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.

3- Une fois que vous êtes connecté avec votre compte, cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.

4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires” (en veillant à bien cliquer sur « transférer » pour chaque fichier).

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Graduate summer school – An Environmental History of the Great War, France & Belgium, 2-7 July 2018

The Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) together with the EHESS (Paris), the University of Heidelberg, the Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » and the  Université de Picardie Jules Verne (Amiens), invites applications for its third summer school for graduate students (masters and PhD) working on the First World War.

We intend to bring together an international group of 20 to 30 graduate students working on military, cultural, social, and environmental history of the First World War from 2nd to 7th July 2018. Over the course of the week, they will have opportunity to get to know each other, but also a wide range of internationally recognized academic experts. Guided tours on excursions to French and Belgian sites are an integral part of the program and will enrich the participants’ experience.

Watercolour by Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

After the 2014 and 2016 editions of our summer school, which focused respectively on initiations in contemporary wartime experiences (http://1418.hypotheses.org/547) and on the « Face of Battle » and battlefields http://1418.hypotheses.org/1059), we have chosen a new topic for 2018: the environmental history of the First World War.

We understand the environmental history of the Great War in a broad sense. We will of course reflect on the environmental consequences of the war: the destruction of cities, villages, soils, various forms of pollution and their counterparts: reconstruction and reconstitution (at the level of public policies but also at the level of territories), de-mining of battlefields, exhumation and re-inhumation of the dead, policies for maintaining their memory and handling war ruins (and in particular battlefields). This obviously implies taking into account the long duration of the Great War, since the environmental footprint of the Great War is often present to this day. Moreover, the environmental consequences of the war are not confined to the front lines. The economic exploitation of the hinterlands, even if they are far away from the epicentres of warfare, has their rightful place in this context, as it results in sometimes profound and long-lasting changes to ecosystems. For example, what does the totalization process mean in terms of exploitation of oil, mineral resources, forestry, agriculture, etc.? Thus the stigmata of the famine of 1915-1916 in Mount Lebanon are visible until today in the landscapes. The history of cities will also be an important focus, since the war also had a great influence on urban development, as it did in Thessaloniki, for example, due to the massive presence of Allied troops, but also to a great fire in 1917.

However, this conception of environmental history based on the consequences of war does not in itself sum up the relationship between individuals and their environment. The environmental conditions and constraints that the environment imposes on warfare are at the heart of many current research projects that examine the relationship of individuals and groups to the space around them and their larger environment. This means that varied scales of analysis must be used. The relationship between combatants and their combat environment, for example, can then be evoked on the basis of both meteorological and geographical criteria. Newspapers and correspondences are full of references to geographical features, to places lived in, to the weather. The drawings and photographs represent « war landscapes » in large numbers.

This will make it possible to address in return not only the effects of war on various environments, but also the effects of the environment on warfare and those that take part in it on the different theatres of operations (mountains, seas, hot and cold deserts…). This may then also allow us to investigate a new global history of the world war in terms of latitudes, longitudes, altitudes, in short to consider the possibility of a geohistory of the Great War that is as concerned with the environmental conditions as with the environmental consequences.

Postcard, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Programme

Participants will benefit from guided tours of the battlefields and memorial sites in France and Belgium (Somme, Ypres…), with specialists, practitioners and experts in battlefield archaeology (Dominik Dendooven- In Flanders Fields Museum, Ieper). Lectures and discussions with leading First World War historians (including members of the CIRHGG Steering Committee) and environmental history experts will complement workshop sessions led by members of the organizing committee (Laurence van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Successful students will also have the opportunity to present their own work from the perspective chosen by the summer school.

Advanced masters students and doctoral students can apply to the summer school. Research themes directly related to the school’s theme or showing how their research is linked to it will be prioritised, but all masters or doctoral students working on the Great War and its consequences can apply.

The working languages of the Summer School will be English and French. In order to participate fully in the programme and in particular the guided tours, at least a passive knowledge of French is required.

In order to enable us to exchange efficiently, we will send participants a preparatory dossier to be read ahead of the summer school with archival excerpts and scientific articles.

We will cover accommodation (single or double room; shared bathrooms), transportation (from and to Paris), entrance fees for the different sites and most meals. We also hope to be able to contribute to the transport costs of participants to and from Paris, especially for those whose home institutions do not subsidize this type of expenditure. We strongly encourage applicants to try to secure partial or full funding of these transport costs from their home university.

The application (in English or French) includes a one-page summary of the research project and a one-page academic CV.

Applications must be submitted by midnight on Thursday, 15th February 2018 via our dedicated platform https://environment1418.sciencesconf.org/?lang=en.

Procedure:

1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.

2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.

3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».

4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.

We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Meilleurs vœux !

Historial de la Grande Guerre, Péronne – Somme
Toute l’équipe du
Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle année

2018

Vous avez été très nombreux à participer aux activités organisées par le Centre en 2017, nous vous remercions de votre soutien et de votre fidélité et espérons avoir le plaisir de vous retrouver cette année !

PROGRAMME 2018

 

FEVRIER

  • Samedi 10 février – 15h00: « Églises, clergé et croyants en Picardie et Haute-Somme en 1918 » Xavier Boniface (Université Picardie Jules Verne), Historial de la Grande Guerre, Péronne

MARS

  • Jeudi 29 mars-18h30 : « L’offensive en Picardie » Philippe Nivet (Université Picardie Jules Verne), Historial de la Grande Guerre, Péronne

AVRIL

  • Lundi 9 avril, 18h30 : Conseil départemental Amiens: Table ronde à l’occasion de la sortie du livre : « Les Français dans les batailles de la Somme » avec Philippe Nivet (Université Picardie Jules Verne), Marjolaine Boutet (Université Picardie Jules Verne), Michael Bourlet (enseignant chercheur), modérateur Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS)

JUILLET

Dans le cadre de l’école d’été « Une histoire environnementale de la Grande Guerre » (poser sa candidature, date limite le 15 février :   https://environment1418.sciencesconf.org/  )

  • Lundi 2 juillet, 16h00 : Conférence « L’histoire environnementale et ses enjeux» Stéphane Frioux (Université Lumière Lyon 2)
  • Vendredi 6 juillet, 15h45 : Conférence « La guerre et ses environnements pathogènes », Anne Rasmussen (Université de Strasbourg)

Historial de la Grande Guerre, Péronne –  Inscription obligatoire

SEPTEMBRE

  • Samedi 22 Septembre, 15h00 : « Il y a 100 ans : la grippe espagnole » – Anne Rasmussen (Université de Strasbourg), Historial de la Grande Guerre, Péronne

OCTOBRE

  • Mardi 2 octobre, 18h30 : « Pierre Loti, une plume au service de la propagande» Marie-Pascale Prévost-Bault, Historial de la Grande Guerre, Péronne
  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois

Table ronde « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? » Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

NOVEMBRE

  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris
14H-17H : Table ronde : « Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde » Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Isabelle Davion (Université Paris-Sorbonne), Marco Mondini (Université de Padoue), Robert Gerwarth (University College, Dublin), Jörn Leonhard (Université de Freiburg), Eugene Rogan (St Anthony’s College, Oxford)
17H30-18H30 : Visite de l’exposition des Invalides : « 1917-1923 : « Á l’Est, la guerre sans fin ? »
20H00 : Conférence « L’Humanitaire international à la sortie de la Grande Guerre », Bruno Cabanes (Ohio State University)

 

  • Dimanche 11 novembre – 15H00 : « Le 11 novembre à… Paris, Londres, New-york, Berlin, Moscou et Bruxelles » table ronde avec John Horne (Trinity College, Dublin), Jay Winter (Yale University), Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf), Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain), Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf(Université de Strasbourg),  et modérée par Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS), Historial de la Grande Guerre, Péronne
  • 17h00 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

DECEMBRE

  • Jeudi 6 décembre – 18h30 : « Le retour des populations dans les territoires du Nord et de la Somme »Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Historial de la Grande Guerre, Péronne

Programme sous réserve de modification. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée.

 Programme complet des activités de l’Historial de la Grande Guerre à venir.

Pour tout renseignement/inscription :  c.fontaine@historial.org   Tel : (00 33) (0)3 22 83 54 13

http://1418.hypotheses.org/  –  www.historial.org Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

Conférences et Tables rondes

Programme Octobre/décembre

Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

●Samedi 8 octobre 2016, 16H : Table ronde aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois

 « Partir en guerre, partir pendant la guerre, partir après la guerre. 1914-1923 »

Réfugiés, 1916Réfugiés, 1916 – Coll. Historial de la Grande Guerre

Conseil départemental du Loir et Cher, salle Lavoisier Place de la République 41 000 BLOIS

 

Intervenants : Annie Deperchin  (Université de Lille II), Annette Becker (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Philippe Nivet  (Université de Picardie Jules Verne), présidée par Stéphane Audoin-Rouzeau  (EHESS)

Jamais auparavant sans doute, autant hommes, de femmes et d’enfants ne s’étaient vus obligés de partir  que lors de la Grande Guerre. Départs multiples : celui des hommes en âge de combattre, immédiat et massif, et à de très longue distance parfois (soldats américains, soldats des Dominions, soldats des colonies). Mais les civils ont dû partir aussi, et nombreux, lors des grands exodes provoqués par l’avance des armées adverses. Les déportations furent d’autres formes de départs encore, qu’il s’agisse des Arméniens de l’empire ottoman ou d’autres groupes considérés comme trop peu sûrs (Juifs de Russie). Quant aux violences multiformes de la sortie de guerre, elles provoqueront à leur tour de nouveaux arrachements

——————-

●Vendredi 21 octobre 2016, deux conférences à AMIENS  sur

L’occupation allemande dans la Somme

19H00 : Gerd Krumeich  (Université de Düsseldorf) :

L’occupation allemande dans la Somme,

Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun
Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

L’armée allemande s’installe dans la Somme dès la fin de 1914, redoutant et se préparant à une offensive majeure des armées alliées dans cette région. La période des grandes batailles et le retrait des troupes allemandes sur la ligne Siegfried puis sur la frontière, s’accompagnèrent de dévastations produites par des destructions « stratégiques » méthodiques et systématiques. Cette conférence souhaite revenir sur ce qui s´est vraiment passé dans la Somme entre 1914 et 1918.

20H00 : Philippe Nivet  (Université de Picardie Jules Verne) :

Les populations occupées dans la Somme

Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre
Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre

À la suite de l’évocation des Allemands sur la Somme sera abordée la question de la vie des civils sahariens en zone occupée, en particulier dans le contexte de la bataille de la Somme. La communication se fondera sur des témoignages, en particulier ceux du journaliste Henri Douchet (Fasol) et d’Henriette Thiesset, de Ham.

 Conseil départemental de la Somme, Hôtel du département, Salle Max Lejeune, 33 rue de la République 80 000 AMIENS

—————————–

●Samedi 11 novembre 2016,  Historial de la Grande Guerre,   PÉRONNE

15H : Table ronde : Pierre Bergounioux, un écrivain, l’histoire et la Grande Guerre.

Avec Pierre Bergounioux, Carine Trévisan, Annette Becker et Nicolas Beaupré

Un comédien lira des poèmes et des textes en introduction et en conclusion de la table ronde.

17H00 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

———————

● Mardi 6 décembre 2016, aux Archives départementales de la Somme, 61 Rue Saint-Fuscien, 80000 AMIENS ,  Conférence :

18H30 : Anne RASMUSSEN (Université de Strasbourg) :

Les hygiénistes militaires et l’environnement, de la Grande Guerre aux années 1920

n-12-carte-postale-lhygiene-au-front-coll-historial-de-la-grande-guerre

Dans les guerres du XIXe siècle, la maladie a tué bien plus que le feu du champ de bataille. En 1914, fortes de cette connaissance statistique, les armées issues de la mobilisation générale font de la santé publique – celle des troupes, celle des populations civiles – une préoccupation majeure pour la défense de la nation. Pourtant, plutôt que les grandes épidémies redoutées, ce sont de nouveaux problèmes sanitaires qui surgissent dans la guerre de siège du front occidental, et qui font de l’hygiène en relation à l’environnement de la bataille un enjeu critique.

 

Programme sous réserve de modification merci de vérifier au moment de votre inscription et de votre venue.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Pour tout renseignement/inscription :  c.fontaine@historail.org et 03 22 83 54 14 18

 

Université d’été ​ « Anatomie » des batailles de la Grande Guerre – Appel à candidatures

Université d’été pour jeunes chercheurs (M2 et doctorants)

Soutenue par le Conseil départemental de la Somme, la Mission du Centenaire 14-18, et l’Office franco-allemand pour la jeunesse

26 juin au 2 juillet 2016,Péronne, Verdun

Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne) avec l’EHESS (Paris), le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (Potsdam) et l’université de Picardie Jules Vernes (Amiens) sollicite des candidatures pour son université d’été de jeunes chercheurs travaillant sur la Première Guerre mondiale ou plus largement la conflictualité contemporaine.

                  1. Objectifs

Nous comptons réunir un groupe international de jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites et des excursions font partie intégrale du programme et enrichissent l’expérience.

                  1. Thématique

L’année 2016 avec le centenaire des deux batailles symboles de la Première Guerre mondiale – Verdun et la Somme – nous amène a choisir comme thème la bataille et le champ de bataille dans l’historiographie du premier conflit mondial. Depuis John Keegan et son Anatomie de la bataille, un grand nombre d’ historiens ont enrichi notre compréhension de l’expérience du combat, mais aussi notre savoir sur la représentation littéraire et artistique du champ de bataille, ainsi que notre analyse de la mémoire des batailles dans le souvenir qu’a laissé la Grande Guerre à travers le monde.

Notre semaine à Verdun et Péronne (trois jours pour chaque localité) nous donnera non seulement l’occasion de travailler ensemble sur un état de l’art de la recherche sur les batailles de la Première Guerre mondiale et de découvrir les avancées les plus récentes en archéologie du champ de bataille et en histoire environnementale de la guerre, mais aussi et surtout de confronter ces savoirs abstraits avec des visites de terrain.

                  1. Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux autour de Verdun et dans la Somme, avec des spécialistes locaux et des experts en archéologie du champ de bataille. Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen et Jay Winter) complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur.

Nous disposons de places pour tous les participants aux cérémonies du 1er juillet 2016 dans la Somme (Thiepval).

                  1. Conditions

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le francais. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du francais est exigé.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous pourrons également participer aux frais de transport des participants vers/de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses.

Comité organisateur:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2016 sur la plateforme en ligne de l’université d’été : http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=fr
Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Créer un compte »
2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.
3- Cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.
4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires”.

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org
historialsommemission

OFAJ_100x_4c

Summer School « The Face of First World War Battlefields and Battles » – CFP

Summer School for Graduate students

With financial support from the Conseil départemental de la Somme, the Mission du Centenaire 14-18, and the Office franco-allemand pour la jeunesse.

June 26th to July 2nd 2016, Péronne & Verdun

Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

The International Research Centre of the Historial de la Grande Guerre, Péronne, with its partners at the EHESS Paris, the Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, Potsdam and the Université de Picardie Jules Vernes invites applications for its summer school in Verdun and Péronne for graduate students working on the First World War or modern conflicts more generally.

                  1. Aims

We aim to bring together an international group of outstanding young scholars with interests in, but not limited to, the military, cultural, social, and environmental histories of war. Over the course of a week, students will spend time in discussion with their peers, but also a wide range of leading international academics. Excursions and visits are an integral part of the programme and serve to enrich the experience.

                  1. Topic

The centenary in 2016 of the two iconic battles of the First World War–Verdun and the Somme–leads us to reconsider battles and battlefields in the historiography of the First World War. Since John Keegan’s pioneering Face of Battle (1976), generations of historians have expanded our understanding of the experience of combat, as well as our knowledge of the literary and artistic representations of the battlefield. The way we think about the legacy of battles in the memory of the First World War around the world, too, has changed. Our week in Verdun and Péronne (three days each) will not only give us time to reflect on the current state of research on the battles of the First World War and discover the most recent advancements in battlefield archeology and environmental history of warfare, but also confront these readings with on-the-ground visits to the sites studied.

                  1. Programme highlights

Activities will include guided tours of battlefields and memorial sites around Verdun and at the Somme, with local guides and specialists of battlefield archeology. Lectures by and debates with renowned historians of the First World War (including Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen and Jay Winter) will supplement our smaller seminar sessions with the summer school organizing historians (see below). On July 1st, 2016 we have seats reserved for all participants at the Somme centenary commemoration in Thiepval.

                  1. Conditions

The working languages of the summer school will be English and French. In order to participate in the full programme and in particular the guided tours of the battlefields a good passive knowledge of French (the capacity to understand a native speaker giving a fairly technical talk) is indispensable.

In order to allow for the greatest possible interaction and debate during the summer school, participants will be expected to read a certain number of documents ahead of time and prepare them for presentation.

We will cover accommodation (in 1 and 2-bed-rooms, shared bathrooms), all local transport (leaving and returning to Paris), entry fees for the various sites and most meals. We will also be able to provide assistance for travel costs to/from Paris for participants, especially those whose academic institutions do not cover such expenses.

Organizing committee:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Applications (in English or French) consisting of a 1-page summary of the candidate’s field of research [or: “research interests”] and a 1-page academic CV must be received before midnight on 15th February 2016 online: http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=en
Procedure:
1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.
2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.
3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».
4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.
We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org

historial sommemission
OFAJ_100x_4c

« Fin ou transformation ? Les empires dans l’ère de la Grande Guerre »

Reichs Colonial Uhr.                                               « Le soleil ne se couche pas sur notre Empire  Coll. Historial de la Grande Guerre - Péronne (Somme). Photo Yazid Medmoun –
Reichs Colonial Uhr.
« Le soleil ne se couche pas sur notre Empire
Coll. Historial de la Grande Guerre – Péronne (Somme). Photo Yazid Medmoun –

https://www.youtube.com/watch?v=gnj0zAIiMGs

Podcast de la table ronde  :

« Fin ou transformation ? Les empires dans l’ère de la Grande Guerre »

organisée aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, Dimanche 11 octobre 2015 à 11H30-13H00, par Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Modérateur : Stéphane Audoin-Rouzeau, EHESS, Président du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Intervenants :

John Horne, Trinity College Dublin, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Laurence Van Ypersele, Université catholique de Louvain, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Gerd Krumeich, Emérite de l’Université de Düsseldorf, vice-président du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Nicolas Werth, IHTP, Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

C’est un lieu commun de voir dans la Grande Guerre le triomphe de l’état nation sur les empires. Les trois empires dynastiques (russe, austro-hongrois et ottoman) disparaissent au profit de nouveaux états nations. Les empires coloniaux britannique et français font face aux mêmes pulsions d’indépendance. Il y aurait tout lieu, cependant, de prendre le contre-pied de cet argument. Sans contester l’importance de la nationalité, du nationalisme, enfin de l’état nation comme acteurs et héritiers du conflit, il est indéniable que l’empire résiste comme forme d’organisation et source d’identité à travers la guerre.

Pour tout renseignement : Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org         Tel : 03 22 83 54 13

label_centenaire_rondlogo CG80 fd rouge RVB?????????????????

 

Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) : annonce de colloque

Nous avons reçu cette annonce de colloque sur la Grande Guerre que nous relayons sur notre site :

Capture d’écran 2015-09-28 à 10.30.27

Pratiques et imaginaires de paix

dans la guerre (1914-1918)

 

La Flèche (Sarthe), salle Coppélia

14-15-16 octobre 2015

« Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) » : c’est le thème d’un colloque universitaire international labellisé par la Mission du Centenaire qui aura lieu les 14-15-16 octobre à La Flèche (salle Coppélia).

Ce colloque vise à éclairer les moments de paix, encore peu étudiés, dans le quotidien des combattants sur le front occidental (permissions, théâtre, sport, etc.). Il s’agira également d’étudier la manière dont certains combattants revendiquent une « paix immédiate » ou « à tout prix » ou imaginent la paix future afin « d’empêcher à tout jamais que pareil carnage puisse se reproduire » (Le Poilu, 10 mars 1915). La pensée et l’attitude des milieux pacifistes en temps de guerre seront également discutées, ainsi que les tentatives infructueuses de paix négociée en 1917. « Paix par la victoire », « paix de compromis » ou « paix blanche », la paix constitue en effet le principal horizon d’attente des sociétés en guerre. Le présent colloque vise donc à interroger la fonction et la place de l’imaginaire et des pratiques de la paix en temps de guerre, ce qui subsiste du temps de paix, nourrit l’espoir ou la conflictualité.

Il sera ouvert au grand public et notamment aux élèves de plusieurs classes de Première qui présenteront leurs travaux réalisés sur le thème du colloque (entrée gratuite).

C’est la 2e fois qu’une rencontre scientifique et pédagogique est organisée par les mêmes institutions (Université du Maine, Municipalité de La Flèche, Prytanée, Lycée d’Estournelles, etc). Un premier colloque avait été organisé en 2009 pour le centenaire du Prix Nobel de la Paix attribué à Paul d’Estournelles de Constant, député puis sénateur de la Sarthe. Les conclusions ont été publiées cette année : Paul d’Estournelles de Constant (1878-1924). Concilier les nations pour éviter la guerre, Presses universitaires de Rennes.

Programme téléchargeable ici

 

 

Appel à communication : La France en guerre : cinq « années terribles » (1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940)

Nous avons reçu cet appel à communication qui concerne en partie la Grande Guerre et que nous reproduisons ici :

La France en guerre : cinq « années terribles »

1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

Colloque, Clermont-Ferrand, 16-17 juin 2016

 

L’objet de ce colloque est la comparaison entre cinq époques où la société française a été confrontée à la présence de la guerre sur son territoire, qu’il s’agisse de la guerre entre nations et/ou de la guerre civile. Si les contextes socio-politiques diffèrent sensiblement, ces cinq temps courts peuvent néanmoins être considérés, à des titres divers, comme des « années terribles » au sens hugolien du terme. Ils nourrissent une interrogation sur le présent, mais aussi sur le passé et sur le devenir de sociétés fragilisées, saisies dans l’incertitude de leur devenir. Ils permettent de confronter des discours unanimistes, objets d’une construction à chaud, à des formes de dissidence plus ou moins affirmée et donc visible ; mais aussi l’impératif de concorde à l’aune d’une discorde réelle ou potentielle.

Une réflexion initiale mérite d’être menée sur la construction de cette notion d’« année terrible », sur son enracinement dans le temps long, avec une référence explicite à la Terreur : l’Institut d’histoire de la Révolution française a ainsi consacré en 2013-2014 un séminaire à « 1793, l’année terrible ». Mais il convient aussi de réfléchir aux emplois et aux réemplois dont la notion a été l’objet, quitte à en modifier le sens. Jean-Pierre Azéma a ainsi pu évoquer 1940, l’année terrible, là où trois médiévistes ont qualifié d’année terrible le siège de Dijon en 1513. Plus récemment, faisant le bilan d’un an d’antisémitisme en France, Pierre-André Taguieff qualifiait la période allant de janvier 2014 à janvier 2015 d’année terrible pour les Français de religion juive. D’autres années sont parfois qualifiées de terribles (1840, 1947), la formule apparaissant suffisamment performative. Parfois euphémisée, élargie à l’occasion à d’autres pays (1939 en Espagne, 1999-2000 en Côte d’Ivoire), celle-ci est le plus souvent utilisée sans être explicitée – preuve de son enracinement mémoriel, à l’instar par exemple de des notions de « printemps des peuples » ou de « semaine sanglante », dupliquées à plusieurs reprises depuis 1848 et la Commune de Paris.

Nous avons fait le choix de sélectionner cinq binômes de dates qui nous paraissent les plus pertinentes au regard de la notion d’année terrible. Certaines se sont imposées d’elles-mêmes : ainsi de 1870-1871, qui a servi de matrice à cette notion, mais également 1814-1815, qu’à bien des égards on peut considérer comme une première forme d’année terrible dans l’histoire contemporaine de la France. Pour ce qui est de la Révolution française, le climat propre au printemps 1792, suivi des incertitudes et bientôt des angoisses liées à la défaite militaire à l’extérieur et aux montées des oppositions contre-révolutionnaires au long de l’année 1793 à l’intérieur, nous ont conduits à écarter l’année 1794. Relativement à la Première Guerre mondiale, le binôme 1916-1917 – soit de Verdun au Chemin des Dames, si l’on veut résumer ainsi la           situation militaire – constituait une alternative possible qui, de plus, ouvrait une perspective élargie avec le « choc » provoqué par les révolutions russes de 1917. Mais, de fait, c’est bien le climat du début de la guerre qui nous semble le plus en osmose avec l’idée d’« année terrible » : la période 1914-1915 est en effet marquée par la fin de l’espoir d’un conflit bref, par l’angoisse d’une nouvelle invasion de Paris et par la progressive prise de conscience du carnage humain provoqué par ces premiers mois de conflit. Il en va différemment pour la Seconde Guerre mondiale : si la tension est maximale au cours de l’été 1939, la période de la « drôle de guerre » entretient l’illusion patriotique ; mais la « guerre éclair » du printemps 1940 se traduit par un effondrement militaire, moral et institutionnel du pays dans un climat renvoyant parfois explicitement à « l’année terrible » telle que définie par Victor Hugo.

Incontestablement, la notion s’inscrit dans un usage mémoriel à forte connotation politique, vu les contextes considérés. Avec Hugo, elle est clairement réactive : autrement dit produite certes à chaud (1872), mais après les faits eux-mêmes. Elle sert à la fois à faciliter un travail de deuil, à exprimer au besoin une forme de repentance, mais aussi à rassembler pour mieux réconcilier, quitte à gommer tout ce qui fait entrave à une sorte d’unanimisme d’autrement plus fortement sollicité après coup qu’il a semblé faire défaut sur le moment. Bref, la notion est clairement instrumentalisée aussi bien par les gouvernements via une propagande étatique que par les acteurs culturels, qu’ils soient publicistes, écrivains, artistes, etc. Car la qualification d’« année terrible » suggère un moment d’« hubris » libérant les pulsions et autorisant le carnage : est alors posée la question de la responsabilité, voire de la culpabilité de ceux qui l’ont déclenchée. Le présent de la guerre favorise l’adhésion, au moins apparente, à un discours unanimiste véhiculé par une intense propagande officielle. Mais, si tout le monde n’a pas les moyens intellectuels comme matériels de se placer « au dessus de la mêlée », ne peut-on pour autant entendre des voix discordantes, s’exprimant notamment par une production littéraire ou artistique en rupture avec l’illusion unanimiste ?

 

Mémoire convoquée, histoire mythifiée : le passé présentisé

Ces « années terribles » peuvent être considérées comme un temps fort du travail de mémoire, d’exaltation d’une histoire mythifiée, du recours à la figure d’hommes providentiels, sans omettre la dimension religieuse ou mystique qui s’impose dans l’espace public. Le champ de la morale investit celui du politique, mais aussi de l’histoire qui ne prend sens qu’au regard de la virtus de la nation. L’instrumentalisation du « roman national » joue à plein, produisant un processus d’héroïsation où les combattants du jour rencontrent leurs glorieux ancêtres, frères d’armes dans une virilisation guerrière hautement proclamée. Ce processus permet par ailleurs d’interroger la transformation à chaud, en temps réel, de l’actualité factuelle en événement historique : autrement dit l’historicisation immédiate de la guerre est concomitante de sa nationalisation et de son intégration à un passé linéaire, faisant fi des ruptures. Parallèlement, le registre des émotions irrigue la rhétorique de la mobilisation qui en passe par l’imaginaire. Un imaginaire dont il serait intéressant de saisir si, dans une sorte de mise en abyme, il génère pour chacun de ces temps de crise une référence à ceux qui l’ont précédé.

 

La recomposition politique : l’extrême centre ou la guerre civile comme horizon ?

La définition d’un ou de plusieurs ennemis agissant de concert aboutit, d’une part, à une simplification du nuancier des positions politiques et, d’autre part, à une exclusion sociale et parfois physique de ceux qui refusent de choisir leur camp. Mais le temps des inimitiés politiques s’impose d’autant plus que la question de la responsabilité de l’échec militaire – ressenti à des degrés divers pour les cinq années terribles retenues – devient le thème majeur du débat parlementaire. La menace et parfois la réalité de l’invasion, voire de la défaite amplifient ce processus de désagrégation politique. La spécificité de ce temps court des « années terribles » permet donc d’envisager la recomposition politique à l’œuvre qui prend des options différentes selon les cas. Elle bouscule les oppositions traditionnelles au moins temporairement et nourrit soit un « extrême centre » politique resserré autour de quelques valeurs considérées comme cardinales, soit une inimitié radicale, génératrice de guerre civile. On observe par ailleurs une certaine capillarité dans le vocabulaire entre la parole du politique et celle du prédicateur, recourant aux mêmes figures de style et parfois aux mêmes exemples.

 

Les médiatisations de la nation en guerre : la propagande en partage ?

La sollicitation de toutes les formes de production culturelle est forte : l’art et la littérature et plus généralement les médias sont invités à célébrer l’unité de la nation en des termes et avec des modèles qui, là encore, méritent comparaison. Inscrite dans un processus d’épanouissement de la culture de masse, la propagande étatique s’est d’autant plus intensifiée, affinée et diversifiée, qu’elle fait usage d’outils régulièrement renouvelés du XVIIIe au XXe siècle tels que la presse et l’imprimé, l’affiche, la lithographie, la photographie, le cinéma et tout particulièrement les actualités cinématographiques, ou encore la radio dont on connaît l’influence dans la guerre des ondes. Tout en prenant en compte cette multiplication des supports, on pourrait repérer des traits communs dans la production des images et surtout saisir des filiations mais aussi des ruptures à la fois dans la représentation de la nation et dans la diabolisation de l’ennemi.

Aux marges de cette propagande, à l’échelle individuelle, dans ces années d’extrême incertitude teintée d’incompréhension face à l’histoire en train de se faire et de brouillage des repères, comment les artistes, dont les rapports au pouvoir et à l’Histoire ont changé, se sont-ils positionnés ? S’accommodant ou non de la cause patriotique commune, engagés dans une réflexion sur d’éventuelles ruptures stylistiques, comment ont-ils traduit ces années terribles ? Plus particulièrement, comment ont-ils figuré les « êtres » (et pas seulement les soldats au front) confrontés à ces situations de désordre ? Comment des écrivains – on pense à Léon Werth dans son journal – ont-ils écrit le vécu (souffrances physiques et morales) et le positionnement de leurs compatriotes ? Enfin, certains artistes, animés par un esprit de résistance ou contraints par les pouvoirs, se sont exilés : quelle est la tonalité de ces voix contraires refusant d’obéir à la sommation de célébration ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le rôle des créations culturelles dans la construction de la notion d’année terrible, ce qui suppose de s’intéresser aux processus de réception.

 

Les propositions de communication (de 5 000 à 10 000 signes) sont à adresser avant le 15 octobre 2015 à :

jean-claude.caron75@orange.fr

nat.ponsard@wanadoo.fr

Comité scientifique : Nicolas Beaupré, Annette Becker, Jacques-Olivier Boudon, Quentin Deluemoz, Philippe Dagen, Laurent Douzou, Marianne Jakobi, Pierre Karila-Cohen, Aurélien Lignereux, Jean-Clément Martin, Henry Rousso, Pierre Serna, Bertrand Tillier.