Archives de catégorie : Evenements

Appel à communication : La France en guerre : cinq « années terribles » (1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940)

Nous avons reçu cet appel à communication qui concerne en partie la Grande Guerre et que nous reproduisons ici :

La France en guerre : cinq « années terribles »

1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

Colloque, Clermont-Ferrand, 16-17 juin 2016

 

L’objet de ce colloque est la comparaison entre cinq époques où la société française a été confrontée à la présence de la guerre sur son territoire, qu’il s’agisse de la guerre entre nations et/ou de la guerre civile. Si les contextes socio-politiques diffèrent sensiblement, ces cinq temps courts peuvent néanmoins être considérés, à des titres divers, comme des « années terribles » au sens hugolien du terme. Ils nourrissent une interrogation sur le présent, mais aussi sur le passé et sur le devenir de sociétés fragilisées, saisies dans l’incertitude de leur devenir. Ils permettent de confronter des discours unanimistes, objets d’une construction à chaud, à des formes de dissidence plus ou moins affirmée et donc visible ; mais aussi l’impératif de concorde à l’aune d’une discorde réelle ou potentielle.

Une réflexion initiale mérite d’être menée sur la construction de cette notion d’« année terrible », sur son enracinement dans le temps long, avec une référence explicite à la Terreur : l’Institut d’histoire de la Révolution française a ainsi consacré en 2013-2014 un séminaire à « 1793, l’année terrible ». Mais il convient aussi de réfléchir aux emplois et aux réemplois dont la notion a été l’objet, quitte à en modifier le sens. Jean-Pierre Azéma a ainsi pu évoquer 1940, l’année terrible, là où trois médiévistes ont qualifié d’année terrible le siège de Dijon en 1513. Plus récemment, faisant le bilan d’un an d’antisémitisme en France, Pierre-André Taguieff qualifiait la période allant de janvier 2014 à janvier 2015 d’année terrible pour les Français de religion juive. D’autres années sont parfois qualifiées de terribles (1840, 1947), la formule apparaissant suffisamment performative. Parfois euphémisée, élargie à l’occasion à d’autres pays (1939 en Espagne, 1999-2000 en Côte d’Ivoire), celle-ci est le plus souvent utilisée sans être explicitée – preuve de son enracinement mémoriel, à l’instar par exemple de des notions de « printemps des peuples » ou de « semaine sanglante », dupliquées à plusieurs reprises depuis 1848 et la Commune de Paris.

Nous avons fait le choix de sélectionner cinq binômes de dates qui nous paraissent les plus pertinentes au regard de la notion d’année terrible. Certaines se sont imposées d’elles-mêmes : ainsi de 1870-1871, qui a servi de matrice à cette notion, mais également 1814-1815, qu’à bien des égards on peut considérer comme une première forme d’année terrible dans l’histoire contemporaine de la France. Pour ce qui est de la Révolution française, le climat propre au printemps 1792, suivi des incertitudes et bientôt des angoisses liées à la défaite militaire à l’extérieur et aux montées des oppositions contre-révolutionnaires au long de l’année 1793 à l’intérieur, nous ont conduits à écarter l’année 1794. Relativement à la Première Guerre mondiale, le binôme 1916-1917 – soit de Verdun au Chemin des Dames, si l’on veut résumer ainsi la           situation militaire – constituait une alternative possible qui, de plus, ouvrait une perspective élargie avec le « choc » provoqué par les révolutions russes de 1917. Mais, de fait, c’est bien le climat du début de la guerre qui nous semble le plus en osmose avec l’idée d’« année terrible » : la période 1914-1915 est en effet marquée par la fin de l’espoir d’un conflit bref, par l’angoisse d’une nouvelle invasion de Paris et par la progressive prise de conscience du carnage humain provoqué par ces premiers mois de conflit. Il en va différemment pour la Seconde Guerre mondiale : si la tension est maximale au cours de l’été 1939, la période de la « drôle de guerre » entretient l’illusion patriotique ; mais la « guerre éclair » du printemps 1940 se traduit par un effondrement militaire, moral et institutionnel du pays dans un climat renvoyant parfois explicitement à « l’année terrible » telle que définie par Victor Hugo.

Incontestablement, la notion s’inscrit dans un usage mémoriel à forte connotation politique, vu les contextes considérés. Avec Hugo, elle est clairement réactive : autrement dit produite certes à chaud (1872), mais après les faits eux-mêmes. Elle sert à la fois à faciliter un travail de deuil, à exprimer au besoin une forme de repentance, mais aussi à rassembler pour mieux réconcilier, quitte à gommer tout ce qui fait entrave à une sorte d’unanimisme d’autrement plus fortement sollicité après coup qu’il a semblé faire défaut sur le moment. Bref, la notion est clairement instrumentalisée aussi bien par les gouvernements via une propagande étatique que par les acteurs culturels, qu’ils soient publicistes, écrivains, artistes, etc. Car la qualification d’« année terrible » suggère un moment d’« hubris » libérant les pulsions et autorisant le carnage : est alors posée la question de la responsabilité, voire de la culpabilité de ceux qui l’ont déclenchée. Le présent de la guerre favorise l’adhésion, au moins apparente, à un discours unanimiste véhiculé par une intense propagande officielle. Mais, si tout le monde n’a pas les moyens intellectuels comme matériels de se placer « au dessus de la mêlée », ne peut-on pour autant entendre des voix discordantes, s’exprimant notamment par une production littéraire ou artistique en rupture avec l’illusion unanimiste ?

 

Mémoire convoquée, histoire mythifiée : le passé présentisé

Ces « années terribles » peuvent être considérées comme un temps fort du travail de mémoire, d’exaltation d’une histoire mythifiée, du recours à la figure d’hommes providentiels, sans omettre la dimension religieuse ou mystique qui s’impose dans l’espace public. Le champ de la morale investit celui du politique, mais aussi de l’histoire qui ne prend sens qu’au regard de la virtus de la nation. L’instrumentalisation du « roman national » joue à plein, produisant un processus d’héroïsation où les combattants du jour rencontrent leurs glorieux ancêtres, frères d’armes dans une virilisation guerrière hautement proclamée. Ce processus permet par ailleurs d’interroger la transformation à chaud, en temps réel, de l’actualité factuelle en événement historique : autrement dit l’historicisation immédiate de la guerre est concomitante de sa nationalisation et de son intégration à un passé linéaire, faisant fi des ruptures. Parallèlement, le registre des émotions irrigue la rhétorique de la mobilisation qui en passe par l’imaginaire. Un imaginaire dont il serait intéressant de saisir si, dans une sorte de mise en abyme, il génère pour chacun de ces temps de crise une référence à ceux qui l’ont précédé.

 

La recomposition politique : l’extrême centre ou la guerre civile comme horizon ?

La définition d’un ou de plusieurs ennemis agissant de concert aboutit, d’une part, à une simplification du nuancier des positions politiques et, d’autre part, à une exclusion sociale et parfois physique de ceux qui refusent de choisir leur camp. Mais le temps des inimitiés politiques s’impose d’autant plus que la question de la responsabilité de l’échec militaire – ressenti à des degrés divers pour les cinq années terribles retenues – devient le thème majeur du débat parlementaire. La menace et parfois la réalité de l’invasion, voire de la défaite amplifient ce processus de désagrégation politique. La spécificité de ce temps court des « années terribles » permet donc d’envisager la recomposition politique à l’œuvre qui prend des options différentes selon les cas. Elle bouscule les oppositions traditionnelles au moins temporairement et nourrit soit un « extrême centre » politique resserré autour de quelques valeurs considérées comme cardinales, soit une inimitié radicale, génératrice de guerre civile. On observe par ailleurs une certaine capillarité dans le vocabulaire entre la parole du politique et celle du prédicateur, recourant aux mêmes figures de style et parfois aux mêmes exemples.

 

Les médiatisations de la nation en guerre : la propagande en partage ?

La sollicitation de toutes les formes de production culturelle est forte : l’art et la littérature et plus généralement les médias sont invités à célébrer l’unité de la nation en des termes et avec des modèles qui, là encore, méritent comparaison. Inscrite dans un processus d’épanouissement de la culture de masse, la propagande étatique s’est d’autant plus intensifiée, affinée et diversifiée, qu’elle fait usage d’outils régulièrement renouvelés du XVIIIe au XXe siècle tels que la presse et l’imprimé, l’affiche, la lithographie, la photographie, le cinéma et tout particulièrement les actualités cinématographiques, ou encore la radio dont on connaît l’influence dans la guerre des ondes. Tout en prenant en compte cette multiplication des supports, on pourrait repérer des traits communs dans la production des images et surtout saisir des filiations mais aussi des ruptures à la fois dans la représentation de la nation et dans la diabolisation de l’ennemi.

Aux marges de cette propagande, à l’échelle individuelle, dans ces années d’extrême incertitude teintée d’incompréhension face à l’histoire en train de se faire et de brouillage des repères, comment les artistes, dont les rapports au pouvoir et à l’Histoire ont changé, se sont-ils positionnés ? S’accommodant ou non de la cause patriotique commune, engagés dans une réflexion sur d’éventuelles ruptures stylistiques, comment ont-ils traduit ces années terribles ? Plus particulièrement, comment ont-ils figuré les « êtres » (et pas seulement les soldats au front) confrontés à ces situations de désordre ? Comment des écrivains – on pense à Léon Werth dans son journal – ont-ils écrit le vécu (souffrances physiques et morales) et le positionnement de leurs compatriotes ? Enfin, certains artistes, animés par un esprit de résistance ou contraints par les pouvoirs, se sont exilés : quelle est la tonalité de ces voix contraires refusant d’obéir à la sommation de célébration ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le rôle des créations culturelles dans la construction de la notion d’année terrible, ce qui suppose de s’intéresser aux processus de réception.

 

Les propositions de communication (de 5 000 à 10 000 signes) sont à adresser avant le 15 octobre 2015 à :

jean-claude.caron75@orange.fr

nat.ponsard@wanadoo.fr

Comité scientifique : Nicolas Beaupré, Annette Becker, Jacques-Olivier Boudon, Quentin Deluemoz, Philippe Dagen, Laurent Douzou, Marianne Jakobi, Pierre Karila-Cohen, Aurélien Lignereux, Jean-Clément Martin, Henry Rousso, Pierre Serna, Bertrand Tillier.

“Dufy en 1915”: Samedi 19 septembre 2015, 15H, Conférence, Historial, Péronne

A l’occasion des journées du patrimoine, le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter le Samedi 19 septembre 2015 à  15H à la conférence de Marie-Pascale Prevost-Bault (Conservateur en chef de l’Historial de la Grande Guerre) :

Dufy en 1915 : un art traditionnel et populaire au service de la propagande

Parmi les gravures conservées à l’Historial, les quatre de Raoul Dufy éditées en 1915 sont dans le style des images d’Epinal, dont « La fin de la Grande Guerre », enrichie d’une complainte de Maurice Lesieutre et de six saynètes autour d’un coq glorieux.

Cette référence à l’imagerie napoléonienne l’éloigne de la modernité et renforce un optimisme manifeste en ce début de guerre. Témoigne- t-elle d’un manque d’inspiration de la part de cet artiste engagé volontaire le 8 mars 1915 ainsi que d’un souci d’éducation populaire ?

Pour tout renseignement : c.fontaine@historial.org

et tel : 03 22 83 14 18

Exposition : Face à Face – Regards sur la dé(re)figuration, Historial de la Grande Guerre

Jusqu’au 11 novembre 2015, venez découvrir à l’Historial de la Grande Guerre l’exposition « Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration ».

Affiche ExpoÀ partir de l’histoire des « Gueules Cassées », ces combattants défigurés de la Première Guerre mondiale, « Face à Face » permettra d’évoquer l’évolution de la pensée et des pratiques médicales grâce aux documents et objets choisis dans les collections de quelques illustres chirurgiens de la Grande Guerre à aujourd’hui. Ces moulages, instruments médicaux, photographies, témoignages écrits et filmés, seront mis en perspective avec les moyens techniques actuels.

Pour cette exposition temporaire exceptionnelle, l’Historial de la Grande Guerre donne carte

blanche au Professeur Bernard Devauchelle. Président de l’Institut Faire Faces, Chef de service Chirurgie Maxillo-Faciale au CHU d’Amiens, le Professeur Devauchelle assure le Commissariat de cette exposition.

Une mise en regard historique

Affiche exposition
Bouchon de radiateur d’automobile

 

« L’impensable défiguration, que la malformation, le traumatisme ou la tumeur créent, est génératrice d’exclusion. Regarder et toucher la chirurgie reconstructrice qui en est issue, ses intuitions, ses évolutions, son ingéniosité mais aussi ses limites, son audace et son impuissance. L’exposition vous invite à franchir « the thin red line », cette ligne qui sépare la vie de la mort.» Professeur Bernard Devauchelle.

 

Défigurés, de la Grande Guerre à nos jours

Photographies et vidéos retracent le parcours des « Gueules Cassées », combattants défigurés, du champ de bataille aux opérations de reconstruction faciale. L’exposition interroge le visiteur sur l’existence du défiguré et comment la société, de la Grande Guerre à aujourd’hui, génère l’exclusion de ces personnes, déjà si profondément blessées par les traumatismes physiques et psychiques liés à leur défiguration.

 

L’évolution de la pensée médicale

La naissance de la chirurgie maxillo-faciale a véritablement lieu pendant la Grande Guerre, grâce aux premiers hommes de science qui s’y sont illustrés.

« Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration » vous invite à découvrir les oeuvres de piliers de cette chirurgie reconstructrice : Harold Gillies, Hyppolite Morestin, Maurice Virenque, Alexis Carrel, Albéric Pont, Robert Wlerick ou Paul Tessier, précurseurs de la reconstruction faciale.

Le parcours en dix étapes est ponctué par dix poèmes, des haïkus écrits par des combattants de la Grande Guerre.

Un parcours de visite avec deux niveaux de lecture

La première sans être chronologique évoque au travers de collections de moulages, photographies, portraits, dessins, texte, illustrations et films de chirurgiens, les pratiques imaginées et développées pendant la Grande Guerre pour re-figurer les blessés de la face (appareillage, masque, épithèse…).

La seconde sera consacrée aux techniques actuelles d’analyse et d’exploration du visage : photographies 2D et 3D, modèles anatomiques tridimensionnels, modélisation et capture des mouvements…

La part technique (épithésistes, prothésistes…) et artistique (E. Daynes) de la reconstitution artificielle de toute ou partie du visage sera exposée physiquement mais aussi par des vidéos et des explications. La dernière station sera consacrée aux techniques chirurgicales actuelles, aboutissement de l’ensemble des pratiques développées depuis un siècle.

Commissariat d’exposition

Professeur Bernard DEVAUCHELLE, Chef du Service de Chirurgie Maxillo-Faciale du CHU d’Amiens et fondateur de l’Institut Faire Faces, il est le pionnier des greffes de la face en ayant réalisé la première en novembre 2005. Responsable et porteur du projet européen, il guide les choix et les enjeux de l’exposition en lien avec l’Historial.

Assisté du Professeur Sylvie TESTELIN, Chirurgien maxillo-facial et Professeur à l’Université Picardie Jules Verne.

Équipe de production

Hervé FRANÇOIS, Directeur de l’Historial de la Grande Guerre

Marie-Pascale PRÉVOST-BAULT, Conservateur en chef

Claire STEWART, Attachée culturelle

Christine CAZÉ, Documentaliste

Amandine GOURGUECHON, Chargée de communication et médias

Scénographie et fabrication

Agence KASCEN, Bruxelles (www.ka-scenographes.com)

 

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

Commémorer, étudier, enseigner le génocide des Arméniens. L’œuvre de prévention

A l’occasion du

100ème anniversaire du génocide des Arméniens

le Centre international de recherche de l’Historial

est heureux de vous inviter à

la conférence de Vincent DUCLERT

Commémorer, étudier, enseigner le génocide des Arméniens.

L’œuvre de prévention

Kharpout, mai-juin 1915. Notables arméniens emmenés vers la prison de de Mezré. DR
Kharpout, mai-juin 1915. Notables arméniens emmenés vers la prison de de Mezré. DR

Dimanche 26 avril 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

La conférence exposera le processus de connaissance qui intervient pour penser cet événement majeur dans l’histoire de l’humanité et interrogera le pouvoir de cette connaissance dans la reconnaissance du génocide des arméniens et la prévention des génocides.

Vincent Duclert est historien membre du Centre international de recherche de l’Historial, il enseigne à l’EHESS (cespra). Il publie cette année : La France devant le génocide, du milieu du XIXème siècle à nos jours. Une nation impériale et le devoir d’humanité, Paris, Fayard 2015.

Renseignements : c.fontaine@historial.org         tel. :  03 22 83 14 18

Dans la limite des places disponibles.

 

?????????????????logo CG80 fd rouge RVBlabel_centenaire_rond

 

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Journée d’étude : Vivre l’occupation sur le front Ouest pendant la Première Guerre mondiale

Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278
Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278

Vivre l’occupation sur le front Ouest

pendant la Première Guerre mondiale

Programme

Date : 13 février 2015

Lieu : IRHiS, Université Lille 3, salle de séminaire (A1 152)

Plan d’accès : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/dossierPDF/plan-metro-lille3-irhis.pdf

10h Accueil : Sylvie Aprile (Directrice du laboratoire IRHiS)

Introduction : Yves Le Maner (Directeur de la mission « Histoire, Mémoire, Commémoration » au Conseil régional du Nord – Pas-de-Calais)

 

10h30 Session 1 : Occupation et rapprochements avec l’ennemi

Président/rapporteur : Emmanuel Debruyne (Institut d’Etudes avancées de Paris)

– Florent Verfaillie (Cegesoma Bruxelles), Résistants et collaborateurs de la Grande Guerre

– Gertjan Leenders (Université de Gand), Les dénonciations à l’ennemi en Belgique occupée

– Elise Rezsöhazy (Université catholique de Louvain), Mélanie Bost (Cegesoma Bruxelles), Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée

– Jan Naert (Université de Gand), La répression des bourgmestres de la Belgique occupée après la guerre

 

12h30 Déjeuner – buffet

 

13h30 Session 2 : Approches sociales et culturelles des sociétés occupées

Président/rapporteur : Philippe Nivet (Université de Picardie)

– James Connolly (Université de Manchester), L’occupation du département du Nord et la « culture de l’occupé »

– Philippe Salson (Université Montpellier 3), Peut-on faire une lecture sociale de l’expérience d’occupation ?

– Antoon Vrints (Université de Gand), Les normes de conduite en Belgique occupée

 

15h30 Pause

 

15h45 Session 3 : Mémoires françaises et belges de l’occupation

Présidente/rapportrice : Elise Julien (Université Lille 3)

– Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain) et Karla Vanreapenbusch (Cegesoma Bruxelles), Les traces de l’occupation 14-18 dans trois villes belges

– Matthias Meirlaen (Université Lille 3), Commémorer la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais occupé

 

17h Conclusions : Annette Becker (Université Paris 10)

 

17h30 Fin de la journée

Contacts :

Matthias Meirlaen : matthias.meirlaen@univ-lille3.fr

Elise Julien : elise.julien@sciencespo-lille.eu

Conférence : Jaurès face au danger de guerre Gilles CANDAR

INVITATION

Le Centre international de recherche de

l’Historial de la Grande Guerre

est heureux de vous inviter à la

conférence de Gilles CANDAR*

Jaurès face au danger de guerre

Mardi 11 novembre 2014, 15H

à l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, Somme. Photo Yazid Medmoun
Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, Somme.Photo Yazid Medmoun 

Tôt confronté aux perspectives comme aux réalités de la guerre, Jaurès est convaincu à partir du conflit russo-japonais de 1904 du caractère potentiellement imminent d’une conflagration générale en Europe. Cette analyse fonde l’essentiel de sa stratégie politique au cours de la décennie: choix de l’unité socialiste, de la construction d’une force prolétarienne autonome, d’un engagement dans une stratégie internationale. Son axe est d’abord celui de l’Internationale socialiste qu’il cherche à gagner à une action coordonnée contre le danger de guerre. Mais il adapte et complexifie sans cesse son dispositif cherchant notamment dans les dernières années à l’insérer dans un jeu plus vaste, en liaison avec les mouvements libéraux et progressistes, et sans refuser non plus de penser et de préparer une guerre toujours possible avec l’Allemagne. Au printemps 1914, il est en droit d’apprécier le progrès des forces de paix, sans que celles-ci puissent prétendre avoir obtenu de succès décisif. La catastrophe d’août 1914 ne signifie pas pour autant la ruine de sa politique. Gilles CANDAR* (Président de la Société d’études jaurésiennes)

Réservation tel : 03 22 83 14 18

Renseignement : c.fontaine@historial.org 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

*Historien  spécialiste des xixe et xxe siècles et des gauches françaises, professeur en classes préparatoires, Gilles Candar est le président de la Société d’études jaurésiennes depuis 2005. Avec Madeleine Rebérioux (1920-2005), il est chargé de la coordination des Œuvres de Jean Jaurès chez Fayard (9 volumes parus en sur dix-sept prévus au total). Il est aussi membre depuis 1992 du comité de rédaction de la revue Mil neuf cent : Revue d’histoire intellectuelle

Il a notamment publié cette année :  Jean Jaurès, Justice d’abord !, anthologie Le Monde/Rue des écoles, coll. “Les rebelles” dirigée par Jean-Noël Jeanneney avec Grégoire Kauffmann, 2012. Jean Jaurès, avec Vincent Duclert, Fayard, 2014. Jean Jaurès. Une vie pour l’humanité, avec Romain Ducoulombier et Magali Lacousse, catalogue de l’exposition “Jaurès” aux Archives nationales, hôtel de Soubise à Paris, mars-juin 2014, Beaux-Arts éditions, 2014.

Société d’études jaurésiennes : http://www.jaures.info/welcome/index.php

Cahiers Jaurès : http://www.cahiers.jaures.info/sommaire.php?id=28
Illustration : Jean Jaurès Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme)
Photo : Yazid Medmoun CG80