Archives par mot-clé : appel

École d’été – Une histoire environnementale de la Grande Guerre, France et Belgique, 2-7 juillet 2018

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avec l’EHESS (Paris), l’université d’Heidelberg, le Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens), sollicite des candidatures pour sa troisième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Aquarelle de Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

Nous comptons réunir du 2 au 7 juillet 2018 un groupe international de 20 à 30 jeunes chercheurs, travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites guidées et des excursions en France et en Belgique font partie intégrante du programme et enrichissent l’expérience des participants.

Après les éditions 2014 et 2016 de notre école d’été qui ont respectivement porté sur les initiations dans les expériences contemporaines de la guerre ( http://1418.hypotheses.org/547) et sur « l’anatomie » de la bataille et du champ de bataille http://1418.hypotheses.org/1059), nous nous tournons pour 2018 vers une autre question: celle de l’histoire environnementale de la Première Guerre mondiale.

Ici, l’histoire environnementale de la Grande Guerre doit se comprendre selon une acception large. Il s’agira bien entendu de réfléchir aux conséquences environnementales de la guerre : destructions des villes, des villages, des sols, pollutions diverses et leurs pendants : reconstruction et reconstitution (à l’échelle des politiques publiques mais également des territoires), déminage des champs de bataille, exhumation et ré-inhumation des morts, politiques de mise en mémoire et en sens des territoires et des ruines de guerre (et notamment des champs de batailles). Ceci implique bien évidemment de prendre en compte la longue durée de la Grande Guerre puisque les traces environnementales de celle-ci sont sensibles jusqu’à aujourd’hui. Les conséquences environnementales de la guerre ne se résument en outre pas aux zones du front. L’exploitation économique des hinterlands même très éloignées des épicentres guerriers y a toute leur place dans la mesure où elle se traduit par des modifications parfois profondes et durables des écosystèmes. Par exemple, quelle traduction le processus de totalisation a-t-il en termes d’exploitation du pétrole, des ressources minières, forestières, agricoles… ? Ainsi les stigmates de la famine de 1915-1916 au Mont Liban sont visibles jusqu’à aujourd’hui dans les paysages. L’histoire des villes sera également mise à contribution dans la mesure où la guerre a aussi parfois beaucoup influé sur leur évolution urbaine comme c’est par exemple le cas à Thessalonique en raison de la présence massive des troupes alliées mais aussi d’un grand incendie en 1917.

Carte postale, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Mais cette conception de l’histoire environnementale fondée sur les conséquences de la guerre ne résume pas à elle seule les rapports des hommes à leur environnement.  Les conditions et contraintes que l’environnement fait peser sur le fait guerrier sont au cœur de nombreuses recherches actuelles qui interrogent, à l’instar de ce qui se fait également pour les temporalités en guerre, les rapports des acteurs sociaux à l’espace et à l’environnement. Ceci implique dès lors de faire jouer les échelles d’analyse. Peuvent alors être évoqués, par exemple, les rapports entretenus par les combattants avec leur environnement de combat en fonction de critères tant météorologiques que géographiques. Les journaux et les correspondances regorgent en effet de références aux lieux, aux espaces vécus, au temps qu’il fait. Les dessins, photographies représentent en grand nombre les « paysages de guerre ».

Ceci permettra notamment d’aborder en retour non seulement les effets de la guerre sur les environnements mais aussi bien ceux des environnements sur la guerre et ceux qui la font à travers une réflexion sur les différents théâtres d’opérations (montagnes, mers, déserts chaud et froids…) ; ceci permettra alors peut-être aussi d’entreprendre une autre histoire mondiale de la guerre mondiale en fonctions des latitudes, des longitudes, des altitudes, bref d’envisager la possibilité d’une géohistoire de la Grande Guerre qui s’intéresse autant aux conditions, qu’aux conséquences environnementales de celle-ci

Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux en France et en Belgique (Somme, Ypres…), avec des spécialistes, des praticiens et des experts en archéologie du champ de bataille (Dominik Dendooven – In Flanders Fields Museum, Ypres). Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont les membres du comité directeur du CIRHGG ) et spécialisés en histoire environnementale complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur ( Laurence  Van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Les étudiants retenus auront également l’occasion de présenter leurs propres travaux en les replaçant dans la perspective choisie par l’école d’été.

Conditions

Les étudiants en master 2 et les doctorants peuvent postuler à l’école d’été. Les thématiques de recherche en lien direct avec la thématique de l’école ou montrant en quoi ces recherches peuvent s’y raccrocher seront privilégiées mais tous les masterants ou doctorants travaillant sur la Grande Guerre et ses conséquences peuvent postuler.

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le français. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du français est toutefois exigée.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes ; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous espérons également pouvoir participer aux frais de transport des participants vers / de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses. Nous encourageons vivement les candidats à tenter de s’assurer d’un financement partiel ou total de ces frais de transport auprès de leur université d’origine.

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2018 à l’adresse https://environment1418.sciencesconf.org/:

Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Mon inscription »

2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.

3- Une fois que vous êtes connecté avec votre compte, cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.

4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires” (en veillant à bien cliquer sur « transférer » pour chaque fichier).

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Appel à communication : Espaces de violences d’une région frontalière. Lorraine 1870 – 1962

Espaces de violences d’une région frontalière.

Lorraine 1870 – 1962

Depuis plusieurs années déjà, les recherches en SHS prêtent un intérêt croissant aux différents phénomènes de violence. C’est le cas aussi pour les historiens, comme en témoignent les débats intenses suscités par certains livres, tel Bloodlands de Timothy Snyder (2010), de même que les nombreux travaux publiés cette année à l’occasion de la commémoration du génocide rwandais ainsi que de la Première Guerre mondiale. Récemment, une approche particulière émerge dans ce domaine consistant à livrer de la violence physique une description dense (au sens de Clifford Geertz). Cette démarche,  qui s’est inspirée aussi des travaux de certains sociologues comme Trutz von Trotha, tend à ne pas considérer la violence apriori comme une exception ou bien une déviance d’un ordre social qu’il s’agit d’expliquer en tant que « problème ». Au contraire, la violence est étudiée comme partie intégrale et structurante des rapports sociaux, ayant ses logiques et ses formes de communication propres. La catégorie de l’espace y joue un rôle primordial.

Le colloque, organisé par le Centre Marc Bloch en coopération avec le Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme en Lorraine entend investir le champ ouvert par ces recherches, en se concentrant sur l’exercice de la violence dans la région lorraine entre 1870 et 1962. Durant cette période, les habitants de cette région ont vécu la guerre franco-allemande de 1870, deux conflits mondiaux, une forte militarisation ainsi que plusieurs vagues d’expulsions massives. A cela s’ajoute qu’en raison du rôle économique central de l’industrie dans cette région, et la proximité de plusieurs frontières nationales, de nombreux migrants qui vivaient alors en Lorraine, ont été impliqués dans des rudes affrontements, autant en temps de paix qu’en temps de guerre. En nous focalisant sur cet espace restreint, nous souhaitons réfléchir sur les ruptures et les continuités historiques des  formes pratiques et discursives que cette violence a pu revêtir. À ce sujet nous encourageons particulièrement trois axes de recherche pour lesquels le concept d’espace de violence (Gewaltraum) jouera un rôle central.

Par « espace de violence » nous désignons une formation sociale temporaire dans laquelle la violence est la forme d’interaction à laquelle les acteurs impliqués s’attendent le plus à être confrontés, c’est-à-dire la forme d’interaction qui structure essentiellement leur horizon d’attente. Dans cette perspective, le passage à l’action, dépend largement de qualités spécifiques à l’espace physique et social correspondant. Ainsi, le centre-ville de Metz a pu autant se convertir en espace de violence pour un militant de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale qu’a pu l’être également un village lorrain devenu cité-dortoir pour un Algérien pendant la guerre d’indépendance algérienne. Il s’agira de cerner la spécificité spatiale et temporaire de chacun de ces lieux ainsi que les pratiques concrètes des acteurs. Dans cette perspective, nous entendons produire des descriptions détaillés de certains évènements marqués par la violence qui ont eu lieu en Lorraine entre 1870 et 1962. Ces évènements devront, en outre, être décryptés selon leurs logiques propres et dans leur rapport au lieu. A l’aune de ces exemples, la question se posera de savoir dans quelle mesure la violence devient, un principe d’ordre à part entière.

Deuxièmement, le colloque se penchera sur les discours, les formes et l’évolution des discours de légitimations et les discours mémoriels liés à la violence. Il s’agit de cerner quel lien ces glorifications, condamnations ou encore dissimulations discursives de la violence entretenaient avec des espaces de violence en Lorraine. Certaines parties de la Lorraine ont été fortement impliquées dans différentes guerres et divers changements de l’appartenance étatique. De ce fait, des termes comme « rebelle », « occupant », « nationalisme », « colonialisme », « terroriste », « séparatiste » etc., employés à des fins stigmatisantes, ont beaucoup varié d’un contexte à un autre, tant dans leur application que dans leur contenu. Nous encourageons en particulier les contributions qui traiteront de créations, applications et métamorphoses de discours stigmatisants dans la région ainsi que leur lien direct à la violence.

En dernier lieu, nous voudrions étudier les diverses formes d’interdépendances, directes ou retardées, entre certains espaces de violence en Lorraine et d’autres régions plus éloignées. Les diverses expulsions et actions militaires dans lesquelles était impliqué un grand nombre d’habitants de la Lorraine entre 1870 et 1962 ont eu des effets considérables sur d’autres régions plus ou moins éloignées : ces effets sont perceptibles autant sur le front de l’est de l’armée allemande durant les deux guerres mondiales qu’en Afrique du Nord après 1870 et notamment pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962). Nous nous demanderons donc quels types de connexions à d’autres régions se sont créés, en termes de transferts de formes d’exercice de la violence. On étudiera, dans cette perspective, la nature de ces transferts et comment ceux-ci ont été perçus par les contemporains mais également a posteriori.

 

Veuillez envoyer vos propositions (3 000 signes max.) en allemand, français ou en anglais ainsi qu’un bref CV au plus tard le 1er septembre 2014 à l’adresse hardt@cmb.hu-berlin.de. Sous réserve, les frais de voyage et d’hébergement des intervenants seront pris en charge. Une publication des actes est envisagée.

 

Lieu :

Centre Marc Bloch (Berlin) 

Date :

5 – 6 mars 2015 

Organisation :

Lucas Hardt (CMB) 

En coopération avec:

Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme  en Lorraine

Comité scientifique:

Daniel Schönpflug (CMB), Lucas Hardt (CMB), Anne Kwaschik (FU Berlin), Raphaёlle Branche (Université de Rouen), Béatrice Fleury (MSH Lorraine), Jacques Walter (MSH Lorraine)