Archives par mot-clé : Colloque

Call for Poster for the Summer Institute of the Historial Research Centre : Initiations? The Experience of Modern War (1853-2013)

Univ. d'été

Call for posters

Summer Institute

INITIATIONS?

THE EXPERIENCE OF MODERN WAR (1853-2013)

Continuer la lecture de Call for Poster for the Summer Institute of the Historial Research Centre : Initiations? The Experience of Modern War (1853-2013)

Appel à communication : Entrer en guerre

Appel à communication

Colloque “Entrer en guerre” à l’université Paris 7 Denis Diderot

20-22 novembre 1914

1914, afficheA l’occasion de la commémoration d’août 14 sera organisé à l’Université Paris Diderot-Paris 7, en partenariat avec le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, un colloque interdisciplinaire portant sur la question Entrer en  guerre. Seront sollicités pour cette rencontre des spécialistes de diverses périodes historiques (Antiquité, Moyen Age, etc.) et zones géographiques (Europe,  Asie …)

La Grande Guerre sera au cœur des réflexions. Au-delà des enjeux mémoriels et des polémiques qui agitent le champ historiographique depuis une dizaine d’années sur la question de l’adhésion ou du consentement à cette guerre, il s’agira de revenir sur l’ébranlement psychique, social, esthétique que son déclenchement a provoqué. Comment le surgissement de cette guerre, considérée comme la catastrophe inaugurale du XXè siècle, a-t-il été vécu, représenté, pensé ?

Entrer en guerre suppose des rites de passages, implique un ensemble de pratiques, d’ajustements idéologiques, institutionnels, culturels. La confrontation avec d’autres entrées en guerre sera à ce titre particulièrement éclairante (discours d’exhortation à Rome, « folie » des chevaliers au Moyen Age, violence du recrutement forcé lors des guerres révolutionnaires…)

Touchant à l’été 14, nous accorderons une attention particulière aux questions suivantes :

–       Comment les journaux, correspondances, mémoires, fictions (contemporains ou non de l’événement) qui évoquent l’entrée en guerre rendent-ils compte des émotions des individus ? Élan historique ? Hantise du deuil à venir ?

–       Quel imaginaire et quelles conceptions de la guerre sont-ils mobilisés lors de l’entrée en guerre ?

–       Où sont tracées les nouvelles frontières séparant le front et l’arrière, les combattants des non-combattants, les hommes des femmes  ?

Les propositions de communications seront soumises à un comité scientifique.

Nous vous remercions, par avance, de faire parvenir un titre (même provisoire) ainsi qu’un bref résumé de votre communication, avant le 30 mars 2014, aux deux adresses suivantes :

h.batydelalande@gmail.com

carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr

 

1914. Guerre et Avant-Gardes : colloque à Nanterre

Le musée du Louvre pendant la guerre. la grande galerie (source, agence Meurisse, Gallica, BnF)
Le musée du Louvre pendant la guerre. la grande galerie (source, agence Meurisse, Gallica, BnF)

1914  

Guerre et Avant-Gardes / War and the Avant-Gardes

COLLOQUE INTERNATIONAL

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Centre allemand d’histoire de l’art / Deutsches Forum für Kunstgeschichte

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013

  Continuer la lecture de 1914. Guerre et Avant-Gardes : colloque à Nanterre

Femmes et féminismes en guerre 1914-1818 : call for paper

Femme à l'aiguillage (Paris 1917) Source : Gallica
Femme à l’aiguillage (Paris 1917) Source : Gallica

Nous avons reçu le call for paper suivant :

DEP. Deportate, esuli, profughe. Rivista telematica sulla memoria femminile

www.unive.it/dep

Convegno/Conference

 

Vivere la guerra. Pensare la pace (1914-1921)

Le esperienze delle donne, il pensiero femminista e le relazioni internazionali

 

Living war. Thinking peace (1914-1921).

Women’s experiences, feminist thought and international relations

 

The online journal dedicated to women’s memory, DEP. Deportees, Exiles, Refugees (www.unive.it/dep), is organising an international conference on women and the First World War to be held in Venice on 27th and 28th November 2014. The themes of the conference will bring together women’s experiences of war, feminist thought on the war/peace dichotomy, and the actions and behaviours that actualised the female vision of the issues and suffering brought about by the war. In methodological terms, preference will be given to subjective and collective perspectives in order to move beyond the conventional images and representations produced by wartime “deployment”.

 

The conference is divided into two main sections:

 

I. Living war/thinking/seeking peace. Highlighting the different way women experience war, this section will deal with the contradictions, struggle with change, the different wartime experience, women’s words and experiences that express not only their suffering, but also their courage, feelings, family and social relationships that were severely tested during the war. The themes proposed in this section are:

 

1. Women, war and the struggle with change: The war accelerated social and economic processes, altering personal and professional identities, customs, social relationships and affecting family and community structures. This section aims to bring to light the “struggle” that accompanied these changes, and the new dimension everyday life and work took on. Research fields to be explored might include: care within the family; the conflicts, ambiguities and contradictions involved in women’s work outside the home; the way women “interpreted” and experienced the war: practices, skills and behaviours generated during the war; social relations within the community: solidarity, disputes, deployment and isolation; demobilization and return to peacetime; November 1918: the “return” of men / the “return” of women.

 

2. Women and violence: Women experienced direct or mediated wartime violence both in border areas and also in “domestic frontlines”. Research into the different ways “endured” violence was articulated (deportation, internment, occupation, bombings, displacement; poverty and prostitution), and the little-investigated topic of hunger and food shortages is invited. Emphasis may be placed on hardship but also on the valorisation of the individual and collective strategies adopted to cope with these dramatic events.

 

3. Voices/words of suffering, love and peace. As the war imposed long separations, it was also experienced through women’s often unpublished writings that captured reflections, events, and feelings. We would like to invite research exploring the conceptualization and expression of the new wartime condition, the prolonged absence of sons and husbands, the state of suspension and anguish determined by the dramatic reality of the war, the search for affection and “regeneration” of married and family life, the hope for peace, and the changes in social structure.

 

II. Thinking/acting for peace. The feminist approach to relations among nations and the experiences of aid and solidarity. In this section the conference aims to explore the theme of feminist and pacifist thought with regard to international relations, relations among nations, the need to develop non-violent strategies and practices to improve or make peace a possible alternative to war and to national/international claims. Space will be reserved for the analysis of the political route that led the forerunners of the international suffragist moment to rally for peace, promoting the International Women’s Congress that opened in The Hague on 28th April 1915. The results of the Congress, in particular the proposal to work towards a mediated solution to the war to obtain peace with neither winners nor losers, open up to the investigation of foreign policy inspired by pacifist and feminist principles set out by the Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF), and to the consideration of the changes in women’s reflections and action during the war and in the post-war period. The work of women for war victims has remained undervalued and understated. In this venue, some fundamental political and theoretical implications may be foregrounded: condemnation of the nature of the war and the logic intrinsic to military organization, criticism of nationalism, the willingness to show the strength of non-violence and affirmation of women’s responsibility in international issues.  Important examples might be the action of women in the Emergency Committee for the Assistance of Germans, Austrians and Hungarians in Distress, in the Auskunft-und Hilfsstelle für Deutsche im Ausland und Ausländer in Deutschland, in the  Friends’ War Victims Relief Committee and, above all, in Save the Children, the organization that considered children as the symbol of a new internationalism. It was not charity but a project to bring together women’s social and voluntary work with international responsibility in the hope that new international relations might be founded on basic human needs as politics could be founded on compassion.

 

 

Conference languages: Italian and English

 

Proposals (max 2000 characters) must include: a provisional title; a description of the topic; a list of sources; a short CV and contact details of the conference speaker. They are to be sent to bbianchi@unive.it  by 28th February 2014 and will be processed by 31st March 2014.

 

If the number of proposals received is higher than the number of slots of speakers, the organizing committee will invite authors to attend the conference and to submit their written papers, which will be sent for peer-review and published in a special issue of the DEP journal (www.unive.it/dep).

 

 

Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon : appel à contribution

L’institut Français de Berlin organise un colloque sur les “Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon (1914-1989)” les 8, 9 et 10 mai pour lesquels il lance cet appel à contribution :

 

Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918
Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918

Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon

 

 

Coordination scientifique : Steffen Höhne (professeur, U. Weimar-Iena) ; Gérard Siary (professeur, U. Montpellier III) ; Philippe Wellnitz (maître de conférences habilité, U. Montpellier III, Institut Français de Berlin).

 

Le héros incarne, selon Hegel, l’unité  de l’individualité et de la généralité en des temps mythiques ou violents. Il revient ici à l’art ou aux media de prêter forme à ce héros et lui édifier son mythe héroïque. De plus en plus individualisé, notre héros se distingue par sa distance vis-à-vis de la masse en mal de héros. Seuls les courtisans ne croient pas aux héros – cela aussi, Hegel le savait.

 

Partant des manifestations et représentations anciennes en Allemagne, en France et au Japon, le présent colloque, « Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon », entend scruter les diverses inflexions (et effets seconds) du phénomène héroïque au siècle de l’extrême, soit entre 1914 et 1989.

 

Il s’agit d’analyser du point de vue de l’histoire culturelle, eu égard aux conditions respectives de production, de distribution, de réception et de diffusion, le fonctionnement propre aux figures et symboles héroïques :

 

–      comment naissent les figures de héros, quelle sont leurs fonctions, quelle sorte de récit caractérise leur genèse, leur intronisation, leur transformation ? quelle relation y a-t-il entre la personne réelle du héros et son image ? comment la propagande et les mass media inventent-elles le héros ?

–      quelle est la conjoncture de réception sous-jacente à l’éclosion et à la canonisation du héros et de ses exploits ?

–      quels sont les points communs et les différences entre les héros et les mythes héroïques au regard de leur culture d’ancrage, mais aussi de leur diachronie respective ? un invariant héroïque est-il repérable en dehors des différences culturelles ?

 

Le colloque s’adresse aux spécialistes d’histoire, de littérature, de culture et de linguistique des pays concernés.

 

Dates : du 8 au 10 mai 2014.

Lieu : Institut français de Berlin

Langues de travail : allemand, français, japonais ; anglais admis

Les propositions doivent parvenir aux organisateurs d’ici le 28 novembre

Contact : upvwellnitz@yahoo.fr

 

Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan

 

Veranstalter:  Prof. Dr. Steffen Höhne (Weimar-Jena), Prof. Dr. Gérard Siary (Montpellier);

Dr. habil. Philippe Wellnitz (Berlin-Montpellier)

 

Held ist nach Hegel, wer die Einheit von Individualität und Allgemeinheit in mythischen oder gewalttätigen Zeiten verkörpert, wobei es primär Kunst bzw. Medien zukommt, dem Helden Gestalt zu verleihen und seinen heroischen Mythos zu konstruieren. Der immer individualisierte Held zeichnet sich dabei durch Distanz zur heldenbedürftigen Masse aus, nur für Kammerdiener, auch dies wusste Hegel, kann es keine Helden geben.

Ausgehend von älteren Erscheinungsformen und Vorstellungen von Heldentum möchte die Tagung „Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan“ sich mit den unterschiedlichen Ausprägungen und (Nach-)Wirkungen des Heldenphänomens im Zeitalter der Extreme, also zwischen 1914 und 1989, auseinandersetzen. Aus einer kulturhistorischen /-wissenschaftlichen Perspektive sollen die unterschiedlichen Ebenen von heroischen Symbolfiguren unter jeweils kulturspezifischen Produktions-, Distributions-, Rezeptions- und Wirkungsprozessen analysiert werden:

–       Wie entstehen Heldenfiguren, welche Funktionen besitzen sie, welche Narrative (Heldenerzählungen) sind für ihre Genese, Etablierung und Entfaltung, ihre Transformation charakteristisch ? Welches Verhältnis besteht zwischen der real existierenden Person und dem Bild / Image des Helden? Und wie konstituieren sich Helden propagandistisch-massenmedial ?

–       Welche Kanonisierungen und Wirkungen entfalten Helden und ihre Taten bzw. welchen Rezeptionskonjunkturen unterliegen diese ?

–       Welche Gemeinsamkeiten bzw. Unterschiede bestehen zwischen den Helden und Heldenmythen im Hinblick auf die zu untersuchenden Kulturen, aber auch im Hinblick auf den jeweiligen diachronen Ablauf innerhalb ? Lässt sich ungeachtet kultureller Differenzen eine übergreifende Typologie des Helden im 20. Jahrhundert erkennen ?

Die Tagung wendet sich an Geschichts-, Literatur-, Kultur- und Sprachwissenschaftler insbesondere aus Frankreich, Japan und Deutschland.

 

Termine: von 8 bis 10. Mai 2014.
Ort: Französisch-Institut in Berlin
Arbeitssprachen: Deutsch, Französisch, Japanisch ; Englisch zugelassen

Die Vorschläge müssen die Organisatoren bis zum 28. November erreichen
Kontakt: upvwellnitz@yahoo.fr

国際シンポジウム開催のお知らせ



 

英雄と英雄神話の生成ドイツ、フランス、日本

 

主催者

Steffen Hoehne 教授 ワイマールイエナ大学

Gerard Siary 教授モンペリエ大学

Philippe Wellnitz 准教モンペリエ大学,ベルリン独仏学院

 

英雄とは神話の中で、また暴力に溢れた時代に個性と一般性の統一を体現する者であるヘーゲル。芸術やメディアが、英雄神話に具体的な形象を賦与することは言うまでもない。その結果、英雄神話が形成される。この国際シンポジウムでは個別化された英雄について討議を行う。大衆社会の英雄待望論を扱うわけではない。

 

ドイツ、フランス、そして日本では過去、英雄はいかにして現れたのか英雄の顕現、表象とは何かこれらの疑問がシンポジウム「ドイツ、フランス、そして日本での英雄と英雄神話」の出発点であった。我々の目的は1914年から1989年の間に形成された「英雄」と言う現象の様々な変容や影響を探求することである。

 

我々は、文化史の視点から「英雄」を分析する。従って、英雄神話やそのシンボルが発生し、伝達される過程、 受容される条件、英雄神話やそのシンボルの働きなどを探求することになる。



どのように英雄たちのイメージは生成されるのかその機能は何か英雄たちの起源、そして変遷を特徴づける物語とは何か一人の英雄とそのモデル実在の人物との関係は何かプロパガンダやマスメディアはいかにして「英雄」を産み出すのか

英雄とその冒険物語はどのように受容され、規範となるのか

ドイツ、フランス、日本での英雄と英雄神話の共通点と相違点は何か?ここではそれぞれの国の文化と歴史が問題となる。文化の違いを超越する不変の英雄モデルはあるのだろうか

われわれは比較文学的観点からこのシンポジウムを企画、運営する。ドイツ、フランス、日本の歴史学者、文学研究者、文化研究者カルチュラル・スタディーズ、そして言語学者の参加をお待ちしている。

(なお、旅費および滞在費は参加者のご負担となります)。

 

 

日時 2014日、日、10

会場 アンスティチュ・フランセ ベルリン

使用言語   ドイツ語、フランス語、日本語英語可

 

研究発表の要旨は1031日までに下記にお送りください。

gerardsiary@gmail.com

 

 

Appel à communications Débuts, commencements, initiations : les « premières fois » de la Grande Guerre

Colloque international organisé à l’Historial de Péronne 30 juin – 2 juillet 2014

Télécharger cet appel sous format .pdf

Après un colloque organisé en novembre 2011 et consacré aux anticipations et imaginations de la guerre avant 1914, le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion pour le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de revenir sur les modalités et les conditions de découverte, de perception, de compréhension et d’interprétation du conflit par les acteurs sociaux en se penchant sur ce que furent pour eux, tout au long du conflit, les expériences primordiales, dans les deux sens que peut avoir ce mot.

« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709
« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709

Il ne s’agit en rien de céder à « l’obsession embryogénique » ni de postuler que la Grande Guerre fut, pour ses contemporains, inévitablement initiatique. Les notions de «premières fois», d’«expériences primordiales», d’«initiation» devront donc être questionnées et avec elles les mises en récit, les interprétations des expériences qui furent souvent effectivement jugées comme fondatrices par les contemporains.

L’enjeu n’est pas non plus uniquement de déceler ce qui fut « nouveau » dans la Grande Guerre mais de comprendre l’empreinte laissée par les sensations ou les émotions vécues pour la première fois par les acteurs sociaux. On pourra se demander au gré des reconfigurations sociales, culturelles, politiques et militaires vécues au cours de la guerre ce que l’antique sentence « le commencement est la moitié de tout » recouvre de réalité.

En effet, loin de se limiter à la seule année 1914 et donc à la question des entrées en guerre ou à celle, cruciale, du « baptême du feu », ce colloque se propose finalement d’opérer un retour à l’expérience de guerre par le prisme de « la première fois ».

Aussi, on s’efforcera de sortir de l’analyse du seul front occidental pour réfléchir aux termes d’une comparaison avec les autres fronts, européens ou non, et dessiner les principales directions de l’histoire des rapports entretenus non seulement de nation à nation, mais aussi de groupes sociaux à groupes sociaux. Il s’agit ainsi de proposer une histoire sociale et culturelle comparée et croisée des expériences de guerre, une histoire forcément ouverte sur les autres sciences sociales : anthropologie, psychologie et droit notamment. Derrière la question des « premières fois » dans la guerre de 14-18, c’est une interrogation sur le «pouvoir des commencements» que le colloque a l’intention de déployer.

Les cinq séquences thématiques du colloque :

1. Apprentissages/ Initiations :
Cette première séquence sera consacrée aux expériences fondatrices et autres « initations » liées à l’environnement guerrier : formation du soldat, dont l’expérience de la caserne ; baptême dufeuetsamiseenrécit; découverte et maîtrise des terrains sur les différents fronts du conflit ; ré-apprentissage ou dés-apprentis- sage du corps pour les mutilés… Cette section traitera également des initiations guerrières postérieures à l’année 1914, notamment celles induites par les armes nouvelles (gaz de combat, tanks…).
Les travaux d’une histoire propre- ment militaire, ayant trait à l’organi- sation des armées des belligérants auront leur place dans cette section, que ce soit autour du concept de la learning curve (courbe d’apprentis- sage) cher aux spécialistes britanniques ou par exemple dans la réflexion sur l’évolution tactique liée aux groupes primaires. Des propositions en histoire des sciences et plus particulièrement de la médecine et de la psychiatrie en guerre, mais aussi en histoire du droit seront les bienvenues.

2. Déplacements/ Mouvements :
La seconde session du colloque envisagera les « premières fois » dans leur dimension spatiale et sociale, en insistant à la fois sur l’expérience physique et mentale du déplacement et sur l’adaptation rendue nécessaire par le déplacement entre une situation initiale familière, et une situation inconnue ou faisant l’objet de représentations a priori.
On s’intéressera ici davantage à une histoire de l’expérience de l’arrache- ment et du déplacement qu’à l’ingénierie sociale organisant ce dernier. La variation des échelles au sein d’une même proposition sera valorisée. Il sera ainsi envisageable de repenser les grands types de mouve- ments constitutifs du temps de guerre – mobilisation, désertion, mouve- ments stratégiques, exode, capture, déportation – au regard des déplacements de temps de paix en particulier les migrations de travail et le voyage.
Dans une même approche sociale, les nouvelles situations créées par l’entrée en guerre des individus, tout au long du conflit, induisent réflexions, réactions, effort de transposition et de repositionnement par rapport aux autres en tant que personnes et en tant que groupes.

3. Ruptures / Rencontres :

Cette séquence se focalisera notamment sur les relations interpersonnelles, leur remodelage par la guerre en ce concentrant à la fois sur les séparations (amoureuses, familiales, amicales, professionnelles…) et les rencontres liées à l’expérience de guerre ainsi que leurs rôles dans la construction « d’identités de guerre ».

Le rôle des premiers contacts directs (expériences d’occupation, rencontres entre alliés, commerces de toutes natures…) figurera au centre des communications de même que les «rencontres» linguistiques, sociales, politiques, religieuses, voire patrimoniales.

Les contributions évoquant les rencontres transnationales ayant le souci d’un équilibre et d’un croisement des regards – et donc des sources – et ne privilégiant pas un seul point de vue seront particulièrement les bienvenues.

4. Sens / Émotions :

Cette session du colloque sera consacrée à une histoire des perceptions sensorielles et aux affects et à leurs expressions : premier sang, premières larmes, première peur, premières odeurs. Autrement dit : premiers contacts, physiques ou psychologiques, avec la guerre et sa violence.

Il s’agit aussi de questionner la nouveauté de leur mise en récit : comment les émotions et les sensations sont- elles ressenties et décrites ? Les premières fois de la Grande Guerre s’énoncent sans doute au prisme du renouveau profond de la culture des émotions qui traverse la littérature, la médecine, la psychologie et l’armée au tournant des XIXe st XXe siècle. Comment dès lors sont-elles déchaînées ou, au contraire, dominées ? Sont-elles tues ou partagées ?

A cet égard, il est nécessaire de replacer l’expérience émotionnelle et sensorielle dans le contexte plus vaste des cultures sensibles et de leur éventuelle circulation.

5. Interprétations/ Premiers récits :
Dans cette ultime session du colloque, on s’attachera aux processus de construction des discours des contemporains sur la guerre et à l’émergence de l’idée d’une guerre matricielle dès les années de guerre. L’étude des premières « interprétations » de la Grande Guerre renvoie ainsi aux premières mises en récit de l’expérience combattante et de ses conséquences, mais aussi aux premières analyses critiques de ces dernières. On pense par exemple aux modalités d’appréhension de l’événement par les sciences humaines et sociales. On pense également aux premières formes de discours mémoriels ou aux premières tentatives muséographiques.

Dans le même temps, on s’interrogera sur les interprétations de la Grande Guerre comme fondations potentielles de modèles politiques, sociaux et économiques nouveaux, et sur les différentes formes d’instrumentalisation idéologique du conflit, de ses représentations pendant et après la guerre.

Votre proposition doit être adressée en français ou en anglais (qui seront les langues de travail du colloque) à peronne2014@ehess.fr pour le 30 mai 2013.

La proposition ne devra pas excéder une page (500 mots) et sera accompagnée d’un court CV d’une demie page environ.

Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections
Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections 

 

Conseil scientifique :

Le conseil scientifique du colloque est composé des membres du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG).

Comité d’organisation :

Nicolas Beaupré (UBP Clermont, IUF), Franziska Heimburger (EHESS), Benoît Majerus (Université du Luxembourg), Manon Pignot (Université de Picardie, IUF), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Gene Tempest (Université de Yale), Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand de Paris) et pour le CIRHGG, sa directrice Caroline Fontaine.

Call for papers “Initiations? First Moments in the First World War”

International Conference organised at the Péronne Historial, France
30th June – 2nd July 2014

Download this call as a .pdf

In November 2011, the Research Center of the Péronne Historial organised a conference on the anticipation of warfare before 1914. For the 1914 Centenary, the Center is now preparing a conference on the unanticipated: how did contemporaries make sense of the primordial experiences that marked the conflict and shaped its representations?

Beware Marc Bloch’s caveat regarding “embryogenic obsession”! We do not seek to argue that the First World War was necessarily a foundational experience for its participants. Proposals are encouraged to question the very concepts of “primordial experiences,” “first times,” and “initiations.”

“Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915”, digitised collections, Science Museum London, http://collectionsonline.nmsi.ac.uk/grabimg.php?wm=1&kv=182709
“Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915”, digitised collections, Science Museum London, http://collectionsonline.nmsi.ac.uk/grabimg.php?wm=1&kv=182709

Papers are not restricted to that which was truly “new” during the First World War; proposals might instead attempt to understand the emotions and sensations as felt for the first time by contemporaries.

We must look beyond 1914, past societies’ and soldiers’ baptisms of fire, to apply the “first time” as a historical tool to better understand the First World War experience.

The Western Front is only one theater among many; proposals are encouraged to examine these concepts on other fronts and from various comparative perspectives. Multi-disciplinary approaches, also encouraged, might draw from anthropology, psychology, or law.

Conference themes

1. Initiations

This panel addresses foundational experiences and the other kinds of “initiations,” broadly defined. Linked to the war’s environments, these might include: training soldiers; baptisms of fire; discovery of the battlefield; re-learning the injured body… Initiations need not be restricted to 1914, and might include experiences linked to the introduction of gas and tanks. Works of military history are welcome, including proposals related to primary groups and learning curves.

2. Movements

The second session examines the spatial and social meanings of “the first time,” and includes both physical and mental experiences of displace-ment. Papers might address how individuals adapt to new surroundings—in spaces real or imagined.
Collective experiences of displace-ment in wartime (for e.g mobilization, desertion, strategic troop movements, exodus, or deportation) might be approached as social histories on various levels of analysis.

3. Separations and encounters

Relationships between individuals are central to the conference; papers might address how these rapports were refashioned by war. Proposals might focus on separations between lovers, friends, family members, colleagues… or on encounters that helped build wartime identities. First contacts are central: experience of occupation, meetings between allies, commerce of all kinds… Papers might focus on linguistic, social, political, or religious encounters. Transnational perspectives are particularly encouraged.

4. Senses and emotions

This panel is based on a history of emotions and senses—first blood, first tears, first fear, first smells. In other words: first contact, physical or psychological, with war and its violent nature. How were these events felt and described? Papers need not be limited to the manifestation of emotions; proposals might instead pay particular attention to the narratives written by this history. The influence of period literature, medicine, psychology, and military science might be considered.

5. Interpretations

The final panel will investigate how contemporaries constructed wartime narratives. Proposals might recall the early forms of commemorative language and early museographic attempts. Papers are encouraged to place these early interpreatations within the wider political, social, ideological, and economic discourse of the interwar period.

Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections
Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections

Scientific Advisory Board:

The members of the directory board of the International Research Center of the Péronne Historial act as the scientific advisory board for the conference.

Organising Committee:
Nicolas Beaupré (UBP Clermont, IUF), Franziska Heimburger (EHESS), Benoît Majerus (Université du Luxembourg), Manon Pignot (Université de Picardie, IUF), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Gene Tempest (Yale), Arndt Weinrich (German Historical Institute Paris) and for the CIRHGG its director Caroline Fontaine.

Photo credits for the header/footer: Jean-Pierre Gilson http://www.jpgilson.fr

Your proposal may be submitted in English or in French (the two working languages of the conference) by email to peronne2014@ehess.fr by 30th May 2013. Please include a proposal of max. 500 words and a brief academic CV.

Vidéos Conférence Kansas

Le colloque qui s’est tenu récemment au musée national américain de la Première Guerre mondiale à Kansas (évoqué dans plusieurs billets ici) trouve une suite en ligne avec la mise à disposition de quatre conférences :

Annette Becker “How to Commemorate a 100-year-old Tragedy”

Michael Neiberg “The Outbreak of War in 1914: A New Look at an Old Problem”

Sophie de Schaepdrijver “Military Occupations in Europe, 1914-1918”

Vejas Liulevicius “The Eastern Front Experience in the First World War”

Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”

National World War I Museum, Kansas City
National World War I Museum, Kansas City

Du 22 au 24 mars, le National World War I Museum de Kansas City, qui est depuis 2004 le « musée officiel » de la Grande Guerre pour les États-Unis, organise un grand colloque sur le thème Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”. Cette conférence, doit être l’occasion d’un retour historique et historiographique sur l’influence de la Grande Guerre sur le siècle. Mais elle a également pour but selon le vœu des organisateurs et de leurs sponsors – notamment le gouvernement de Flandres – de faire un premier bilan prospectif international sur le centenaire de la Grande Guerre qui s’annonce. 125 participants issus de 7 pays différents participeront aux débats, parmi lesquels Michael Neiberg, Vejas Gabriel Liulevicus et Sophie de Schaepdrijwer.

Annette Becker, Vice-présidente du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et Professeure à l’Université Paris-Ouest Nanterre fera la conférence d’ouverture sur le thème : “How to Commemorate a 100 Years Old Tragedy”

Sur Twitter vous pouvez suivre la conférence sous le hashtag suivant : #WWIcentconf. Le compte twitter du musée de Kansas City : @theWWImuseum