Archives par mot-clé : Consentement

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Vous avez dit « consentement » ?

Le 17 janvier dernier, Emmanuel Laurentin, dans le cadre d’une semaine consacrée au thème « guerre et société » de son émission La Fabrique de l’Histoire invitait Stéphane Audoin-Rouzeau et Nicolas Offenstadt à revenir sur ce qu’on appelle communément « la querelle » ou la « polémique du consentement ».

Grâce aux deux débatteurs et à l’animateur, cette émission a eu le mérite de replacer le débat sur un terrain scientifique en le débarrassant d’une gangue polémique, médiatique, politique et de positionnement académique qui en masquait les authentiques enjeux heuristiques et empêchait tout véritable dialogue de s’établir.

Si une prospective sur les effets à terme de cette émission serait hasardeuse, on peut tout de même s’interroger. Ne serait-elle pas ce qu’on appelle communément « le passage à autre chose » ou au moins le symptôme d’un climat nouveau ? Comme si, à l’approche du centenaire de 1914 et alors que le pouvoir politique multiplie les messages contradictoires sur la nature et le sens des commémorations, la communauté, ou si l’on préfère le « champ », de la recherche pouvait finalement se retrouver sur l’essentiel. D’aucuns parlent même déjà d’une sorte d’« Union sacrée » ou d’un « Locarno historiographique ». On serait alors en droit de se demander si, à l’inverse exact de ce qui se produisit pendant puis après le bicentenaire de la Révolution, l’approche des commémorations n’était pas à même de favoriser un apaisement des positions, une déconstruction de querelles qui non seulement semblent soudain surannées mais sont ramenées à leurs toutes relatives dimensions ?

Nicolas Beaupré

Pour mémoire, voici la présentation de l’émission sur le site de France Culture.

Débat : la querelle du consentement, partir à la guerre : contrainte ou enthousiasme ?

Pour conclure cette semaine « Guerre et société », la Fabrique revient sur la « querelle du consentement » avec Nicolas Offenstadt et Stéphane Audoin-Rouzeau. Comment est-elle née dans les années 90 ? Quel était le contexte ? Est-elle dépassée aujourd’hui ? Etait-elle franco-française ? En quoi a-t-elle façonné le paysage historique ? Ses analyses servent-elles à comprendre d’autres conflits du XX eme siècle ? Quelles conséquences a-t-elle sur la recherche historique sur la Première Guerre Mondiale ? Une rencontre stimulante.

Invité(s) :
Nicolas Offenstadt : historien, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Stéphane Audoin-Rouzeau : historien spécialiste de la Grande guerre, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Pour écouter ou podcaster l’émission, c’est ici.