Archives par mot-clé : Grande Guerre

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre : Le journal de Pierre Malicet Conférence d’Annie DEPERCHIN

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la d’Annie DEPERCHIN :

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre.

Le journal de Pierre Malicet

Pidrre Malicert vers 1918
Pidrre Malicert vers 1918

Samedi 2 avril 2016, 15 H, Tribunal de Péronne

57 Rue Saint-Fursy, 80200 Péronne

Pierre Malicet est un jeune magistrat, originaire de Picardie, récemment nommé à Péronne lorsque la guerre éclate. Réformé pour raison de santé, il n’est pas mobilisé en août 1914. Lorsque les habitants quittent la ville lors de l’invasion allemande, il décide de rester. Quotidiennement et jusqu’à la fin du conflit, il tient son journal et prend parfois des photos. Il y décrit la vie à Péronne pendant l’occupation, les évacuations, son rapatriement en France via la Suisse, mais aussi les obstacles à l’exercice de son métier de magistrat. Résolu à rester impartial, Pierre Malicet porte un regard très critique sur l’occupant, mais aussi sur les Français qu’il s’agisse des occupés, des réfugiés, des militaires ou des hommes politiques.

Annie DEPERCHIN (Centre d’Histoire Judiciaire – Université de Lille 2) membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial, Historienne du droit, engagée depuis de nombreuses années dans des programmes de recherche relatifs au droit et à la justice pendant la Grande Guerre. A contribué récemment à La Première Guerre mondiale, Fayard, 2014. Achève la rédaction d’un livre sur la justice en France pendant la Première Guerre mondiale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription obligatoire c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

Dans le cadre du plan vigipirate renforcé, une pièce d’identité pourra vous être demandé à l’entrée.

www.historial.org http://1418.hypotheses.org

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

historial   somme  mission

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

L’ambassade de France en Roumanie recherche un stagiaire

Recherche un/une stagiaire (niveau MASTER 2) pour travailler au sein de l’ambassade de France à Bucarest, sur la préparation du centenaire de la Grande Guerre. Le stagiaire actuel qui vient de l’Université de Strasbourg partira à la fin du mois de mai.

Le stagiaire sera chargé, sous la supervision du Colonel Jean-Marc LAVALLEE, des missions suivantes :
– la restructuration, la rénovation et la mise en valeur des 6 carrés militaires existants dans le pays,
– des recherches historiques liées à l’armée d’orient engagée en Roumanie,
– la rédaction de textes pour le site internet de l’ambassade,
– l’organisation d’événements liés aux commémorations de 2013,
– la préparation de visites et de réunions sur le thème du centenaire.

Quelques renseignements d’ordre pratique :

– l’intéressé(e) effectuera son stage dans le cadre d’une convention « défense » passée entre son université, lui, et l’état-major des armées. Il est donc indispensable qu’il soit lié à l’université.
– Il percevra une gratification de 430 euros par mois environ. Il pourra être amené à se déplacer en Roumanie, dans ce cas il sera défrayé.
– Idéalement, je recherche ce stagiaire pour la période allant du 1er juin au 31 novembre 2013 (ou au moins après les cérémonies du 11 novembre 2013), mais une prolongation pouvant aller jusqu’à 3 mois peut-être envisagée. Je peux aussi examiner une candidature pour une période plus courte.
– Le stagiaire travaillera au sein de l’ambassade et au sein de la mission de défense. Ceci suppose le respect d’une certaine rigueur en matière de tenue et de comportement.
– Le niveau de vie en Roumanie fait que la gratification permet de couvrir les frais de logement (le stagiaire actuel est en co-location avec des étudiants ERASMUS) et une bonne partie des frais d’alimentation.

Pour tout renseignement :

Colonel Jean-Marc LAVALLEE
Attaché de défense près l’Ambassade de France en Roumanie
Attaché de défense non résident près l’Ambassade de France en Moldavie
Ambassade de France
13-15, rue Biserica Amzei
Bucarest secteur 1
Tél : 00 40 21 303 10 60
Port : 00 40 740 10 05 11
Fax : 00 40 21 303 10 85
www.ambafrance-ro.org.

Grande Guerre, jeunesse allemande et nazisme

Arndt Weinrich, chercheur à l’Institut Historique Allemand de Paris et membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vient de publier chez Klartext un ouvrage issu de sa thèse consacré à l’influence, à la mémoire et à l’instrumentalisation politique de la Grande Guerre au sein des organisations de jeunesse allemandes après 1918 : Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Essen, Klartext, 2013, 351 p.)

Voici le texte de la 4ème de couverture en français et en allemand :

Version française :

Les conséquences de la Première Guerre mondiale confrontèrent la République de Weimar à d’immenses défis. Au vu de la défaite et des dispositions draconiennes du traité de Versailles, perçu comme un Diktat, l’ampleur de l’engagement de la population et le nombre des victimes des années de guerre paraissaient absurdes et intolérables. D’où l’omniprésence de la guerre et de ses victimes dans la culture politique de Weimar, phénomène qui affecta durablement la jeune République et entraîna une politisation tenace de la mémoire de la guerre. Cela provoqua des polémiques enflammées sur le sens de la guerre, et sur les enseignements qu’il convenait de tirer du premier conflit mondial.

Dans son livre, Arndt Weinrich étudie l’évolution de la perception et de l’instrumentalisation de la Première Guerre mondiale à travers un échantillon d’associations de jeunesse de l’entre-deux-guerres : le Mouvement de jeunesse bourgeois, les Jeunesses catholiques, et la Jungbanner sociale-démocrate. Mais son analyse se concentre surtout sur la mémoire de la guerre au sein des Jeunesses hitlériennes, qui, dans le contexte de l’occupation de l’espace public par les nazis, remplissait une double fonction. D’une part, le culte des soldats tombés au champ d’honneur durant la « Grande Guerre » visait à mobiliser psychologiquement la jeunesse et à la préparer à la guerre ; d’autre part, il permettait de désamorcer un conflit générationnel avec les « soldats du front » de la Première Guerre mondiale, conflit encore attisé dans les dernières années de la République de Weimar. La présente étude se propose de montrer que la mémoire de la guerre se mêlait constamment, durant l’entre-deux-guerres, à une volonté de représentation et de valorisation, et que le monopole de l’interprétation de l’« expérience de la guerre » constituait un instrument de domination important, surtout après 1933. D’une manière plus générale, elle met en évidence les mécanismes et les évolutions de la mémoire de la guerre mondiale à l’œuvre pendant le Troisième Reich.

Version allemande :

Die Folgen des Ersten Weltkriegs stellten die Weimarer Republik vor extreme Herausforderungen. Vor dem Hintergrund der Kriegsniederlage und der harten Bedingungen des als Diktatfrieden empfundenen Versailler Vertrags erschienen der Einsatz der Bevölkerung und die Opfer der Kriegsjahre unerträglich und sinnlos. Hier liegen die Wurzeln für die Allgegenwart des Krieges und der Kriegstoten in der politischen Kultur Weimars, welche die junge Republik nachhaltig belastete und zu einer fortdauernden Politisierung des Kriegsgedenkens führte. Dies provozierte leidenschaftliche Kontroversen über den Sinn des Krieges und die Lehren, die aus dem Weltkrieg zu ziehen seien.

Arndt Weinrich untersucht in seinem Buch die Konjunkturen der Wahrnehmung und Instrumentalisierung des Ersten Weltkrieges in ausgewählten Jugendverbänden der Zwischenkriegszeit: in der bürgerlichen Jugendbewegung, der katholischen Jugend und im sozialdemokratischen Jungbanner. Im Mittelpunkt der Untersuchung steht das Weltkriegsgedenken der Hitler-Jugend, das im Kontext der nationalsozialistischen Besetzung des öffentlichen Raumes eine Doppelfunktion erfüllte. Einerseits zielte der Kult um die Gefallenen des « Großen Krieges » innerhalb der HJ auf die mentale Mobilmachung und Kriegserziehung der Jugend, andererseits diente er der Befriedung eines in der unmittelbaren Nachkriegszeit noch geschürten Generationenkonflikts mit den « Frontsoldaten » des Ersten Weltkriegs. Die vorliegende Studie arbeitet heraus, in welchem Maße sich mit dem Weltkriegsgedenken in der Zwischenkriegszeit Repräsentations- und Geltungsansprüche verbanden und wie sehr die Deutungshoheit über das « Kriegserlebnis » insbesondere nach 1933 eine wichtige Herrschaftsressource darstellte.