Archives par mot-clé : Mémoire

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre : Le journal de Pierre Malicet Conférence d’Annie DEPERCHIN

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la d’Annie DEPERCHIN :

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre.

Le journal de Pierre Malicet

Pidrre Malicert vers 1918
Pidrre Malicert vers 1918

Samedi 2 avril 2016, 15 H, Tribunal de Péronne

57 Rue Saint-Fursy, 80200 Péronne

Pierre Malicet est un jeune magistrat, originaire de Picardie, récemment nommé à Péronne lorsque la guerre éclate. Réformé pour raison de santé, il n’est pas mobilisé en août 1914. Lorsque les habitants quittent la ville lors de l’invasion allemande, il décide de rester. Quotidiennement et jusqu’à la fin du conflit, il tient son journal et prend parfois des photos. Il y décrit la vie à Péronne pendant l’occupation, les évacuations, son rapatriement en France via la Suisse, mais aussi les obstacles à l’exercice de son métier de magistrat. Résolu à rester impartial, Pierre Malicet porte un regard très critique sur l’occupant, mais aussi sur les Français qu’il s’agisse des occupés, des réfugiés, des militaires ou des hommes politiques.

Annie DEPERCHIN (Centre d’Histoire Judiciaire – Université de Lille 2) membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial, Historienne du droit, engagée depuis de nombreuses années dans des programmes de recherche relatifs au droit et à la justice pendant la Grande Guerre. A contribué récemment à La Première Guerre mondiale, Fayard, 2014. Achève la rédaction d’un livre sur la justice en France pendant la Première Guerre mondiale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription obligatoire c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

Dans le cadre du plan vigipirate renforcé, une pièce d’identité pourra vous être demandé à l’entrée.

www.historial.org http://1418.hypotheses.org

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

historial   somme  mission

Call for Papers : The Legacy of World War One

soldier_and_poppies(1)Nous avons reçu ce Call for Papers lancé par le département de Science Politique de Chesnutt Hill College (Philadelphie)

CALL FOR PAPERS

The Legacy of World War I

November 14-15, 2014

The History and Political Science Department at Chestnut Hill College will host an interdisciplinary conference on « The Legacy of World War I, » November 14-15, 2014. Keynote speakers will be Jay Winter (Yale University) and Laura Lee Downs (European University Institute, Florence, Italy).  Proposals for papers or panels are invited on any issue related to « The Legacy of World War I. »  The Great War was a cataclysmic event with consequences for the world up to our own day. Papers may relate to the immediate or long-term ramifications of the war – – political, diplomatic, military, social, economic, technological, intellectual, cultural, etc.

Proposals should be about 250-300 words and be accompanied by a CV. Proposals from advanced graduate students will be considered. Papers will be allowed 20-25 minutes for presentation. We also seek individuals who are interested in serving as a Chair of a session. Presenters of papers and chairs of sessions are required to register for the conference.

In 2003 Chestnut Hill College inaugurated the « Legacy Conferences »; previous conferences have addressed the « Kennedy Legacy » (2003), « The Legacy of the Second World War » (2005), the « Legacy of 1968 » (2008), and « The Legacy of the Civil War » (2011).

Deadline for proposals is April 1, 2014. Send proposals to William Walker at wwalker@chc.edu or mail them to him at Chestnut Hill College, 9601 Germantown Avenue, Philadelphia, PA 19118. To be placed on a mailing list for conference registration, send your name, mailing address, and email address to William Walker at wwalker@chc.edu .

Une base de données collaborative des monuments de la Grande Guerre aux États-Unis

Publicité pour la Lampe de Viquesney (source : http://doughboysearcher.weebly.com/)
Publicité pour la Lampe de Viquesney (source : http://doughboysearcher.weebly.com/)

Annette Becker nous a signalé la publication par le Washington Post le 8 février 2014 d’un article évoquant la constitution d’une vaste base de données des monuments aux morts de la Grande Guerre aux États-Unis. L’historien Mark Levitch, initiateur de ce projet estime à environ 10000 le nombre de mémoriaux de ce type. Il en a déjà repéré plus de 2000. Comme en Europe, certaines statues, comme le « Spirit of the American Doughboys » du sculpteur E. M. Viquesney furent reproduites à des dizaines, voire centaines d’exemplaires. Ce monument, qui a fait lui-même l’objet de recherches et d’un inventaire très complet par Earl D. Goldsmith et Les Kopel a même été décliné sous forme de lampe.

Il est possible de consulter une partie des photographies inventoriés par Mark Levitch des monuments et collaborer à la constitution de cette base de données sur ce site.

La Grande Guerre au festival d’Avignon

Tranchées : un spectacle de la Compagnie Zapoï
Tranchées : un spectacle de la Compagnie Zapoï

Corinne François-Denève, Maître de conférences en Lettres à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) a chroniqué pour le site Rue du Théâtre les pièces ayant pour thème la Grande Guerre cette année au festival d’Avignon. Elle nous a aimablement fait parvenir les liens vers ses chroniques qui offrent une belle plongée critique de la création théâtrale contemporaine quand elle se frotte à la Première Guerre mondiale. Son « coup de cœur » est le spectacle de marionnettes Tranchées de la Compagnie Zapoï.

Les critiques de Corinne François-Denève:

La Fleur au fusil de François Bourcier
Les Tranchées de Manuel Pratt
Tranchées de la Compagnie Zapoï
Victoire, la fille du soldat inconnu (les femmes après la Grande Guerre) de Sylvie Gravagna
Apollinaire s’en va-t-en guerre de Le Vent en poupe

Vous pouvez suivre Corinne François-Denève sur Twitter @FRANCOISDENEVE

 

Grande Guerre, jeunesse allemande et nazisme

Arndt Weinrich, chercheur à l’Institut Historique Allemand de Paris et membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vient de publier chez Klartext un ouvrage issu de sa thèse consacré à l’influence, à la mémoire et à l’instrumentalisation politique de la Grande Guerre au sein des organisations de jeunesse allemandes après 1918 : Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Essen, Klartext, 2013, 351 p.)

Voici le texte de la 4ème de couverture en français et en allemand :

Version française :

Les conséquences de la Première Guerre mondiale confrontèrent la République de Weimar à d’immenses défis. Au vu de la défaite et des dispositions draconiennes du traité de Versailles, perçu comme un Diktat, l’ampleur de l’engagement de la population et le nombre des victimes des années de guerre paraissaient absurdes et intolérables. D’où l’omniprésence de la guerre et de ses victimes dans la culture politique de Weimar, phénomène qui affecta durablement la jeune République et entraîna une politisation tenace de la mémoire de la guerre. Cela provoqua des polémiques enflammées sur le sens de la guerre, et sur les enseignements qu’il convenait de tirer du premier conflit mondial.

Dans son livre, Arndt Weinrich étudie l’évolution de la perception et de l’instrumentalisation de la Première Guerre mondiale à travers un échantillon d’associations de jeunesse de l’entre-deux-guerres : le Mouvement de jeunesse bourgeois, les Jeunesses catholiques, et la Jungbanner sociale-démocrate. Mais son analyse se concentre surtout sur la mémoire de la guerre au sein des Jeunesses hitlériennes, qui, dans le contexte de l’occupation de l’espace public par les nazis, remplissait une double fonction. D’une part, le culte des soldats tombés au champ d’honneur durant la « Grande Guerre » visait à mobiliser psychologiquement la jeunesse et à la préparer à la guerre ; d’autre part, il permettait de désamorcer un conflit générationnel avec les « soldats du front » de la Première Guerre mondiale, conflit encore attisé dans les dernières années de la République de Weimar. La présente étude se propose de montrer que la mémoire de la guerre se mêlait constamment, durant l’entre-deux-guerres, à une volonté de représentation et de valorisation, et que le monopole de l’interprétation de l’« expérience de la guerre » constituait un instrument de domination important, surtout après 1933. D’une manière plus générale, elle met en évidence les mécanismes et les évolutions de la mémoire de la guerre mondiale à l’œuvre pendant le Troisième Reich.

Version allemande :

Die Folgen des Ersten Weltkriegs stellten die Weimarer Republik vor extreme Herausforderungen. Vor dem Hintergrund der Kriegsniederlage und der harten Bedingungen des als Diktatfrieden empfundenen Versailler Vertrags erschienen der Einsatz der Bevölkerung und die Opfer der Kriegsjahre unerträglich und sinnlos. Hier liegen die Wurzeln für die Allgegenwart des Krieges und der Kriegstoten in der politischen Kultur Weimars, welche die junge Republik nachhaltig belastete und zu einer fortdauernden Politisierung des Kriegsgedenkens führte. Dies provozierte leidenschaftliche Kontroversen über den Sinn des Krieges und die Lehren, die aus dem Weltkrieg zu ziehen seien.

Arndt Weinrich untersucht in seinem Buch die Konjunkturen der Wahrnehmung und Instrumentalisierung des Ersten Weltkrieges in ausgewählten Jugendverbänden der Zwischenkriegszeit: in der bürgerlichen Jugendbewegung, der katholischen Jugend und im sozialdemokratischen Jungbanner. Im Mittelpunkt der Untersuchung steht das Weltkriegsgedenken der Hitler-Jugend, das im Kontext der nationalsozialistischen Besetzung des öffentlichen Raumes eine Doppelfunktion erfüllte. Einerseits zielte der Kult um die Gefallenen des « Großen Krieges » innerhalb der HJ auf die mentale Mobilmachung und Kriegserziehung der Jugend, andererseits diente er der Befriedung eines in der unmittelbaren Nachkriegszeit noch geschürten Generationenkonflikts mit den « Frontsoldaten » des Ersten Weltkriegs. Die vorliegende Studie arbeitet heraus, in welchem Maße sich mit dem Weltkriegsgedenken in der Zwischenkriegszeit Repräsentations- und Geltungsansprüche verbanden und wie sehr die Deutungshoheit über das « Kriegserlebnis » insbesondere nach 1933 eine wichtige Herrschaftsressource darstellte.